TGV Rhin-Rhône : le Jura n'est toujours pas décidé à payer sa quote-part

Publié le 18/09/2011 - 09:42
Mis à jour le 18/09/2011 - 09:42

Dans une interview au quotidien Le Progrès, le président PS du conseil général du Jura affirme que pour l’instant sa collectivité n’est pas prête à payer les 13 millions d’euros promis à la Région pour la première tranche de la branche-est du TGV Rhin-Rhône qui sera mis en service le 11 décembre 2011. Rien de changé sous le soleil jurassien  malgré le changement récent de majorité...

photo_macommune_1316331972_0.JPG
Christophe Perny ©carvy
PUBLICITÉ

Le réponse du socialiste Christophe Perny, qui a fait basculer le conseil général du Jura il y a quelques mois, au quotidien Le Progrès :

« Pour l’instant, on ne paiera pas. Je place cette question-là dans une discussion globale à l’échelle de la Région, où le Jura doit revenir dans le jeu comme une véritable force de proposition. On doit cesser d’en être le parent pauvre. Je ne participerai plus à des réunions où le Jura n’est plus partie prenante. Je n’oublie pas la branche Sud, si importante pour le développement du département. Jusqu’ici, aucun député du Jura, sénateur ou président des maires de France, n’a su faire entendre sa voix dans ce dossier. Preuve qu’à Paris, le poids de ces gens-là est néant ».

Le coût de la première tranche de la branche-est, dont la ligne a été inaugurée récemment par Nicolas Sarkozy s’élève à 2,32 milliards d’euros. Toutes les collectivités franc-comtoises ont été sollicitées. La part du Jura se monte à 13 millions d’euros.

(source: Le Progrès)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.45
légère pluie
le 21/10 à 3h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1013.94 hPa
Humidité
96 %

Sondage