"Tortures" sur une fillette de six ans : 12 ans de prison pour la belle-mère

Publié le 16/10/2020 - 07:13
Mis à jour le 15/10/2020 - 18:15

Privation de nourriture, de sommeil et même d'aller aux toilettes : la Cour d'assises de l'Yonne a condamné jeudi à 12 ans de réclusion criminelle la belle-mère d'une fillette de six ans, et à 8 ans son père, pour "tortures et barbarie".

Les jurés ont reconnu la belle-mère, Nadège Cousin, et le père, Sirile Blanchet, tous deux coupables de "violences habituelles", de 2015 à 2018, et d'"actes de torture et de barbarie", en avril 2018, sur la fillette aujourd'hui âgée de neuf ans.

La condamnation est inférieure aux réquisitions de l'accusation, qui avait demandé 14 ans pour Mme Cousin et 12 pour le père. La fillette, âgée de six ans et demi au moment des faits, "a été attachée, baillonnée, privée de sommeil, privée d'aller aux toilettes et de nourriture", a fustigé l'avocat général Pierrick Giangualano dans ses réquisitions.

Elle n'a dû sa "survie" qu'à la cantine scolaire; elle a été attachée deux heures durant les bras en l'air, sur la pointe des pieds; elle était "insultée, privée de jeux et de parole", a listé l'avocat général.

Le père a quant à lui reconnu "l'écharpe placée au fond de sa bouche pour ne pas qu'elle pleure", les douches "qu'une fois par semaine" et "la laisse du chien avec laquelle elle était entravée au lit superposé".

Dénonçant la "perversité criminelle" de Nadège Cousin, principale accusée, le ministère public a dépeint une femme "tyrannique" et "froide", qui est restée totalement impassible à l'énoncé du verdict. "J'ai beaucoup de remords", avait-elle malgré tout murmuré à la fin du procès. Quant au père, il a agi "par amour" pour sa compagne, mais n'en a pas moins été "actif", "approuvant" même, selon l'avocat général.

Julien Lewden, avocat de Mme Cousin, a en revanche dénoncé la "défaillance" des services sociaux qui avait déjà placé la fillette en 2015 mais sans intervenir par la suite, malgré des "alertes récurrentes". Michèle Duffaut, avocate de Sirile Blanchet, a voulu décrire un "bon père", "terriblement immature et complètement soumis", qui est tombé "sous la coupe" de sa nouvelle compagne. Il a "laissé faire mais il n'avait pas l'intention", a assuré l'avocate.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

143 affiches contre les violences sexistes et sexuelles exposées au tribunal de Besançon 

Le parquet de Besançon accueille une exposition inédite ce mois de février 2021. Des élèves de collèges, lycées et post bac de l'académie de Besançon ont réalisé des affiches dans le cadre du concours pour la prévention contre les violences sexistes et sexuelles. Les lauréats seront récompensés le 8 mars prochain. 

Affaire du siècle : l’État est « mis face à ses responsabilités »  (Anne Vignot)

L'État est "responsable" de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique, a estimé mercredi 3 février 2021  la justice administrative. Une décision saluée comme "historique" par les ONG qui attaquaient la France pour son inaction, soutenues par une pétition de plus de 2,3 millions de citoyens.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.24
pluie modérée
le 26/02 à 18h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
59 %

Sondage