Tramway : toujours des questions sur le financement, malgré les menaces…

Publié le 21/02/2012 - 07:51
Mis à jour le 21/02/2012 - 12:48

A la suite de la dernière réunion du conseil communautaire du Grand Besançon, deux élus de l’opposition municipale (Modem et UMP), ont écrit au président Jean-Louis Fousseret en posant des questions sur le financement du projet de tramway. Les menaces de poursuite en diffamation proférées par le maire lors de la même réunion n’ont visiblement que peu d’effet… 

tramway_perspective_revolution-e11b_rra.jpg

ça tourne en boucle

C’est d’abord Philippe Gonon, conseiller municipal du Modem, qui revient sur le chiffrage du tramway. « Le chiffre de 228 est enfin abandonné au profit du chiffre plus réaliste de 261 millions d’euros, ce qui porte le kilomètre à 18 millions d’euros », écrit Philippe Gonon en estimant qu’il reste quelques « incertitudes ». « Les 20 millions portés par la Ville de Besançon sont-ils dans les 261 reconnus ? De même que le 1,3 million d’euros porté par le syndicat Lumière, de même que les xxxxx d’euros portés par le syndicat Besançon-Thise-Chalezeule ? », s’interroge l’élu du Modem avant de conclure.

« Si le président confirme ce que je subodore, le budget s’élèverait à 282 millions et 19 millions du km, pas très loin des 290/300 millions que j’ai toujours affichés, mais très très loin des 228 millions +ou- 5% défendus becs et ongles par le président ».

De son côté, Pascal Bonnet, conseiller UMP, pose « une question simple ». « Le plan pluriannuel d’investissement de la Ville faisait apparaître en 2011 environ 20 millions de subvention à la CAGB et 20 millions de travaux induits par le tramway, soit au total un tiers des investissements Ville sur 5 ans. Peut-on aujourd’hui estimer la part relevant de la Ville et la part qui sera remboursée par la CAGB car indiscutablement liée au tramway ? ».

A propos du tramway, Pascal Bonnet évoque également dans son courrier « l’inadaptation aux besoins de l’agglomération et l’opportunité qu’il y aurait eu à préférer un site propre bus performant sur le plan commercial et environnemental associé à une optimisation des ressources ferroviaires ».

Lors du même conseil communautaire, Jean-Louis Fousseret a menacé de poursuites tous ceux qui véhiculent « désinformation permanente et mensonge permanent» à propos du chiffrage du tramway. « Dire, faire dire, faire écrire que nous dépassons le budget est un mensonge que je ne supporte plus », a-t-il lancé.

Du coup, il va tenter d’obtenir par la justice « l’identification des personnes qui diffusent sur internet de fausses informations ».  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.33
ciel dégagé
le 27/11 à 21h00
Vent
1.45 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
75 %

Sondage