Alerte Témoin

Trois sages femmes de Bourgogne Franche-Comté lancent l'opération #Make5Happen

Publié le 21/06/2017 - 17:46
Mis à jour le 21/06/2017 - 17:46

Imane Abdelillah, sage-femme à Besançon, Brigitte Ferry Daeschler de Longvic et Inès Sadi, sage-femme à Montain proposent aux habitants de leurs villes respectives de se mobiliser en faveur de la santé des femmes en Afrique Subsaharienne avec l’opération #Make5Happen de l’Association pour la médecine et la recherche en Afrique. 

1-18620453_1233862106723823_4240152729524554603_n.jpg
©Facebook

Le principe : pour 1 €, les participants personnalisent un bracelet de naissance et l’accrochent à la chaîne solidaire #Make5Happen. Objectif : créer une chaîne solidaire de 5km.

Imane, Brigitte et Inès disposent d’un an pour atteindre cet objectif en ayant démarrer l'opération en avril 2017.

Partout en France des sages- femmes proposent de participer à la chaîne #Make5Happen de l’Amref qui a déjà reçu le soutien de la chanteuse Zazie et de l’animatrice de télévision Samira Ibrahim. 

#Make5Happen : le concept

L’Organisation Mondiale de la Santé estime à 5 km la distance idéale entre une population et les services de santé. L’Amref milite pour faire de cette distance une réalité pour les futures mamans en Afrique Subsaharienne, qui en parcourent le double voir le triple et dans des conditions difficiles particulièrement en zone rurale. #Make5Happen participer à réduire la distance qui sépare les mamans d’un centre de santé équipé en personnel qualifié et matériel, afin d’assurer un suivi optimal des grossesses. 

Infos +

  • Chaque année près de 200 000 femmes meurent au moment de la grossesse ou de l’accouchement, en Afrique subsaharienne, laissant près d’un million d’orphelins. Pourtant, 80% de ces décès peuvent être évités avec des sages-femmes formées. Face à ce constat l’Amref lançait en 2011, la campagne internationale Stand up for African Mothers, qui vise à former 15 000 sages-femmes en Afrique.
  • A ce jour près de 9 000 sages-femmes ont été formées dans 8 pays d’Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Kenya, Mozambique, Ouganda, Soudan du sud et Tanzanie) ; mais former des sages- femmes ne suffit pas, elles doivent être déployées jusque dans les zones les plus isolées pour assurer un accès équitable aux soins.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Où se baigner en toute sécurité en Bourgogne Franche-Comté ?

carte de baignade • L'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté appelle les habitants de la région à la plus grande prudence en privilégiant les points de baignade surveillées pour se rafraichir durant les fortes chaleurs. Voici la liste de près de 80 points de baignade naturelle classées en fonction de la qualité de l'eau. 

Été et risque de noyade : les conseils pour votre baignade

Le ministère des Sports a lancé un appel à la vigilance pour sensibiliser les baigneurs aux risques de noyades et d'hydrocution. Les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1.000 décès et constituent la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.Voici tous les conseils utiles et pratiques pour éviter les accidents de baignades.   

Que faire en cas de piqûre de guêpe ?

C'est la saison des guêpes  ! Cet été 2020, avec de très faibles précipitations, est propice à leur développement. De plus, la chaleur facilite la survie des insectes, première nourriture des guêpes. Alors quand il y a piqûre ? Que faire ?  Une piqûre de guêpe  doit être soignée. Pour les personnes allergiques, il faut réagir très vite, car une vulgaire piqûre peut être mortelle. Voici les conseils.

Canicule : interdiction de se baigner dans les lacs et les rivières

Rappel • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     24.47
    légère pluie
    le 11/08 à 9h00
    Vent
    1.22 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    61 %

    Sondage