Trois sages femmes de Bourgogne Franche-Comté lancent l'opération #Make5Happen

Publié le 21/06/2017 - 17:46
Mis à jour le 21/06/2017 - 17:46

Imane Abdelillah, sage-femme à Besançon, Brigitte Ferry Daeschler de Longvic et Inès Sadi, sage-femme à Montain proposent aux habitants de leurs villes respectives de se mobiliser en faveur de la santé des femmes en Afrique Subsaharienne avec l’opération #Make5Happen de l’Association pour la médecine et la recherche en Afrique. 

 ©
©

Le principe : pour 1 €, les participants personnalisent un bracelet de naissance et l’accrochent à la chaîne solidaire #Make5Happen. Objectif : créer une chaîne solidaire de 5km.

Imane, Brigitte et Inès disposent d’un an pour atteindre cet objectif en ayant démarrer l'opération en avril 2017.

Partout en France des sages- femmes proposent de participer à la chaîne #Make5Happen de l’Amref qui a déjà reçu le soutien de la chanteuse Zazie et de l’animatrice de télévision Samira Ibrahim. 

#Make5Happen : le concept

L’Organisation Mondiale de la Santé estime à 5 km la distance idéale entre une population et les services de santé. L’Amref milite pour faire de cette distance une réalité pour les futures mamans en Afrique Subsaharienne, qui en parcourent le double voir le triple et dans des conditions difficiles particulièrement en zone rurale. #Make5Happen participer à réduire la distance qui sépare les mamans d’un centre de santé équipé en personnel qualifié et matériel, afin d’assurer un suivi optimal des grossesses. 

Infos +

  • Chaque année près de 200 000 femmes meurent au moment de la grossesse ou de l’accouchement, en Afrique subsaharienne, laissant près d’un million d’orphelins. Pourtant, 80% de ces décès peuvent être évités avec des sages-femmes formées. Face à ce constat l’Amref lançait en 2011, la campagne internationale Stand up for African Mothers, qui vise à former 15 000 sages-femmes en Afrique.
  • A ce jour près de 9 000 sages-femmes ont été formées dans 8 pays d’Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Kenya, Mozambique, Ouganda, Soudan du sud et Tanzanie) ; mais former des sages- femmes ne suffit pas, elles doivent être déployées jusque dans les zones les plus isolées pour assurer un accès équitable aux soins.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.17
légère pluie
le 21/05 à 9h00
Vent
3.37 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
83 %