Alerte Témoin

Tunisie : Boris Boillon, ambassadeur de France franc-comtois, pose à la James Bond !

Publié le 15/09/2011 - 14:48
Mis à jour le 15/09/2011 - 14:48

L’ambassadeur français en Tunisie Boris Boillon, originaire de Pontarlier, qui avait défrayé la chronique à son arrivée dans le pays après la révolution, fait la une en septembre du magazine people Tunivisions sous le titre "le James Bond de la diplomatie".

photo_macommune_1316091078_0.jpg
©dr

Costume noir et chemise blanche, petit sourire, le Franc-Comtois, 41 ans, nommé ambassadeur de France après la chute du régime Ben Ali en janvier, pose en Une à la manière du célèbre espion 007. Interrogé sur ses qualités --"le courage et la franchise"--, et ses défauts --"l'impétuosité"--, il dit agir selon la devise d'Henri Bergson: "Agir en homme de pensée et penser en homme d'action".

"Dans ma vie de tous les jours, face aux grandeurs et aux servitudes de la vie diplomatique, je reste simple et disponible", ajoute-t-il. "J'ai conscience de vivre en Tunisie une période exceptionnelle dans l'histoire de ce pays", déclare aussi l'ambassadeur, qui se dit "convaincu" que la France "doit continuer à jouer un rôle essentiel pour renforcer les relations entre l'Europe et la rive sud de la Méditerranée".

Ancien ambassadeur en Irak, Boris Boillon avait commencé sa mission diplomatique en Tunisie de manière fracassante, présentant en février ses excuses aux Tunisiens après avoir répondu à la presse nationale d'une manière jugée "agressive". Des centaines de personnes avaient manifesté devant l'ambassade aux cris de "Boillon dégage!" après la diffusion à la télévision de la rencontre entre l'ambassadeur et des journalistes tunisiens.

A cette époque, avait aussi circulé une photo de Boris Boillon en maillot de bain, reprise sur le site "Copains d'avant". L'ambassadeur avait menacé de poursuivre en justice toutes les personnes utilisant ces images destinées à un usage privé.

(source: AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

OP Véolia – Suez : le sénateur Longeot s’oppose à la fusion

Le sénateur du Doubs attire l'attention du Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur l'annonce d'une offre publique d'achat (OPA) de Veolia sur la totalité du capital de Suez. Jean-François Longeot met l’accent sur "la principale crainte qui reste bien le haut risque de casse sociale avec un plan social massif qui menacerait les 30 000 salariés du groupe en France".

General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d'emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit "consterné" par des décisions "inadmissibles".

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.38
    couvert
    le 21/09 à 0h00
    Vent
    0.96 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    95 %

    Sondage