Un homme condamné à 15 ans de réclusion pour le viol de son bébé en Côte-d'Or

Publié le 14/12/2019 - 09:45
Mis à jour le 14/12/2019 - 07:22

Un homme a été condamné vendredi soir à quinze ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de la Côte-d’Or, devant laquelle il comparaissait pour le viol en 2015 de son bébé de sept mois, a-t-on appris de sources concordantes.

© Alexane Alfaro ©
© Alexane Alfaro ©

Celui qui avait 36 ans au moment des faits était jugé pour viol, atteintes sexuelles et violences sur sa petite fille, alors que des lésions avaient été découvertes à l'hôpital en décembre 2015 sur le corps du nourrisson, amené par ses parents qui venaient de découvrir du sang dans sa couche.

La peine, annoncée par le jury peu avant minuit, est assortie d'un suivi socio-judiciaire de 10 ans et du retrait de l'autorité parentale. Elle est conforme aux réquisitions de l'avocate générale. Mais la sentence est jugée très lourde par l'avocate de cet homme qui se dit innocent, Me Anne-Sophie Henriot, qui a immédiatement indiqué son intention de faire appel.

La mère de la victime, qui comparaissait pour non-dénonciation, a quant à elle été condamnée à 12 mois de prison avec sursis, une peine légèrement inférieure aux 18 mois avec sursis demandés par l'avocate générale.

"Il y a un corps qui parle et qui appuie"

Si la victime ne peut parler "il y a un corps qui parle et qui appuie", avait martelé la représentante du ministère public, citant des lésions signes de "pénétration au niveau de l'anus", des bleus sur tout le corps ou encore plusieurs fractures anciennes.

Des examens médicaux "sans appel sur l'existence de maltraitances", selon l'avocate générale, évoquant des faits "répétés". Et, s'adressant à l'accusé, elle a jugé "regrettable à l'issue de ces quatre ans, de ces quatre jours, que vous n'ayez pas fini par reconnaître" les faits. Car cet homme dont le procès n'a pas révélé de profil pathologique, qui avait effectué un an et demi de détention provisoire après les faits, a clamé son innocence tout au long des débats.

"Il n'y a de l'ADN nulle part"

"Dans ce dossier, il y a de gros doutes, il n'y a pas assez d'éléments", avait lancé aux jurés l'avocate de la défense Me Anne-Sophie Henriot, soulignant que "les experts ne sont pas d'accord entre eux" sur l'origine et le moment de l'apparition des lésions de l'enfant. "Il n'y a de l'ADN nulle part" ni "aucune photo à caractère pédopornographique" sur le portable de l'accusé, a-t-elle poursuivi, soulignant que son client avait lui-même donné l'alerte et conduit sa fille à l'hôpital. "On ne l'entend pas parce qu'on ne veut pas l'entendre : il a été coupable avant d'être jugé".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.82
nuageux
le 06/10 à 12h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
84 %

Sondage