Un apiculteur amateur du haut-Doubs demande de l'aide

Publié le 31/07/2014 - 14:52
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:33

Il a découvert le monde des abeilles un peu par hasard et depuis il rêve d'en faire son métier. Ce jeune informaticien du Doubs sollicite l'aide des internautes pour agrandir son rucher et participer à la sauvegarde de ces sentinelles de l'environnement.

Shakymiel

"Un monde sans abeilles ? N’y pensons pas !",remarque t-il sur le site Kiss Kiss Bank Bank. "C’est grâce à la pollinisation des fleurs par les abeilles que la Terre nous offre ses fruits." Or, les abeilles seraient de moins en moins nombreuses dans le milieu naturel.

Un espèce en danger

Il semble même qu'elles ne pourraient presque plus vivre actuellement sans l'intervention des apiculteurs. "Il existe encore des essaims sauvages dissimulés mais très ou trop peu !", explique ce passionné.

"Je me suis dit qu'il fallait essayer."

Celui qui se fait appelé "Shakymiel" aurait découvert l'apiculture en voulant améliorer la pollinisation de son jardin et après avoir trouvé une vieille ruche dans son grenier. "Je me suis dit qu'il fallait essayer."

Après avoir acheté un essaim chez un apiculteur senior qui lui a fourni au pasage tous les conseils utiles, il a décidé d'acquérir une ruche neuve quelques semaines plus tard. Puis un essaim sur cadres, puis une troisième ruche et ainsi de suite.

"J'en possède 8 actuellement et j'aimerais passer au niveau supérieur afin de devenir apiculteur semi professionnel d'ici quelques années."

765 euros déjà collectés

Il souhaiterait aujourd'hui avoir un cheptel d'abeilles de 30 colonies afin de produire du miel. "Il me manque donc 22 colonies (ruches et cadres + cires gaufrées)." Mais cela revient cher. Il faut en effet compter en moyenne 100 € par essaim soit 2200 €, juste pour les abeilles.

À quoi s'ajoutent d'autres frais pour les ruches et le matériel divers, ce qui revient à un coût final approximatif de 4900 €. "Afin de donner un coup de pouce au destin", il sollicite donc l'aide du plus grand nombre autour d'un financement participatif. Sur les 1000 € qu'il espèrait récolter, il a déjà collecté 765 € avec des messages de soutien.

Les généreux donateurs se voient offir en contrepartie des pots de miel, des cartes postales de la région et aussi leurs noms et prénoms gravés sur la ruche suivant le montant octroyé.

Pour le soutenir vous aussi, rendez-vous sur ce site.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

760.000 habitants de Bourgogne Franche-Comté régulièrement exposés aux particules fines PM2,5

Pollution •

Plus d'un quart des habitants sont régulièrement exposé aux particules fines PM2,5 à des concentrations supérieures au seuil de recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3). La Bresse et le Pays de l’Aire urbaine de Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle sont les zones les plus impactées.

Journée nationale la qualité de l’air ce jeudi 14 octobre

Ce 14 octobre 2021 se tiendra la 7° édition de la "Journée nationale de la qualité de l’air", organisée par le ministère de la Transition Écologique, en partenariat avec le réseau national des Associations agréées pour la surveillance de la qualité de l’Air (AASQA). Pour rappel, Atmo Bourgogne-Franche-Comté, est la structure agréée par le ministère en charge de l’environnement qui surveille la qualité de l’air dans la région.

Fin des emballages plastiques au 1er janvier 2022 : la liste des fruits et légumes concernés

Bientôt finies, les courgettes en barquette : dès 2022, de nombreux fruits et légumes frais non transformés ne pourront plus être vendus sous plastique en France, avec des tolérances jusqu'en 2026 pour les plus fragiles comme les fruits rouges, selon un communiqué du gouvernement lundi 11 octobre.

Bourgogne Franche-Comté : une nouvelle enquête participative pour étudier la répartition des escargots sur le territoire

Après une enquête menée en 2020 sur les escargots de jardins avec la participation d'habitants de Bourgogne Franche-Comté, le Conservatoire botanique national de Franche-Comté - Observatoire régional des Invertébrés (CBNFC-ORI) lance une nouvelle étude cette année pour connaître au mieux la répartition des différents mollusques régionaux. Ouvrez l'oeil !

Herbes folles en ville : un chercheur franc-comtois dit « mille fois oui »

Les herbes qui poussent librement dans plusieurs villes de France dont Besançon réjouissent certains, quand d'autres les accusent d'engendrer divers problèmes. Questionné sur ce sujet lundi dernier, Emmanuel Garnier, directeur de recherche au CNRS au laboratoire Chrono-environnement à l'Université de Franche-Comté, nous affirme que ces herbes rebelles sont essentielles… mais pourquoi ?

Une journée sans voiture à Besançon… et après ?

Le week-end s'annonce bucolique, sportif, nature et sans voiture ! Tout du moins le samedi 25 septembre 2021. A l'occasion de la semaine de la mobilité, du troisième temps fort du festival outdoor Grandes Heures Nature samedi et de Tout Besançon Bouge dimanche à Chamars, la Ville de Besançon a souhaité organisé la première journée sans voiture.

Le Muséum de Besançon va réintroduire 290 Écrevisses des torrents dans la nature

Accompagné de l'Office français de la biodiversité (OFB), le Muséum de Besançon s'apprête à réintroduire dans un ruisseau des Vosges du Nord 290 Écrevisses des torrents juvéniles dont l'espèce est en danger critique d'extinction, a-t-on appris ce jeudi 23 septembre. Cette opération s'inscrit dans le cadre du plan de sauvegarde "Espèces animales en danger au sein de la Réserve de biosphère transfrontalière (RBT) (Vosges du Nord) – Pfälzerwald (Allemagne)".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.55
couvert
le 18/10 à 21h00
Vent
1.26 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
100 %

Sondage