Un jeune homme devant les assises du Doubs pour torture et tentative de meurtre

Publié le 30/06/2014 - 10:45
Mis à jour le 30/06/2014 - 17:37

Le procès de Jonathan Fragnière, 26 ans, accusé d’avoir tenté de tuer son ami et de l’avoir torturé et menacé moyennant tesson de bouteille, hachoir et tronçonneuse, s’est ouvert ce lundi 30 juin 2014  devant la cour d’assises du Doubs à Besançon. 

 ©
©

ASSISES DU DOUBS

L'accusé comparaît jusqu'à mercredi pour "tentative de meurtre précédée d'actes de torture et de barbarie". Il encourt 30 ans de réclusion criminelle. "Oui j'ai commis des violences, mais je n'avais aucune intention de lui donner la mort. Je ne voulais pas qu'il se retrouve dans cet état", a-t-il dit à la barre du tribunal, expliquant qu'il avait demandé à la victime de venir chez lui pour mettre un terme à leur relation. 

La cour d'assises devra notamment tenter de comprendre pourquoi l'accusé s'est ainsi déchaîné sur ce jeune homosexuel de 24 ans qu'il fréquentait depuis plusieurs années, et avec lequel il avait eu des relations sexuelles consenties par le passé. La victime a dit qu'ils entretenaient une relation amoureuse, ce que nie l'accusé qui a affirmé aux enquêteurs être hétérosexuel. 

Un coup de couteau à l'abdomen qui aurait pu être fatal

Le soir du 3 juillet 2012 , dans son appartement de Tarcenay, près de Besançon, cet apprenti-cuisinier en état d'ébriété avait ordonné à son ami de se déshabiller avant de le rouer de coups et de lui infliger des brûlures avec un briquet. Il s'était ensuite emparé d'un tesson de bouteille pour lacérer le jeune homme et d'un hachoir à viande pour le frapper au front. Avant de saisir un couteau et frapper la victime à l'abdomen, un coup qui aurait pu être fatal selon le médecin légiste. 

Des actes de torture durant plusieurs heures...

L'agresseur a aussi menacé le jeune homme de le tuer et de le "découper en morceaux" en approchant une tronçonneuse allumée près de son visage. Ces actes de torture ont duré plusieurs heures, pendant lesquelles il a aussi appelé la soeur de la victime, en lui indiquant que si elle "payait de sa personne", il ne tuerait pas son frère. 

La jeune femme avait prévenu la gendarmerie qui était intervenue vers 3h45 du matin pour interpeller l'apprenti, découvrant la victime dans une mare de sang.  L'accusé avait également volé l'argent de la victime et lui avait fait signer un engagement de vente de son scooter. 

"Il a demandé à mon client de venir chez lui avec une idée bien précise, celle de le tuer. Si sa soeur n'était pas intervenue, il ne serait pas là aujourd'hui", a affirmé  l'avocat de la victime, Me Jean-Paul Lorach.  Les avocats de l'accusé, Me Randall Schwerdorffer et Me Fabienne Terryn, ont l'intention de contester cette intention homicide prêtée à leur client, "très perturbé", disent-ils, par une relation homosexuelle "acceptée dans un contexte d'importante alcoolisation".

(Source : AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.01
nuageux
le 21/04 à 21h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
93 %