Un journaliste franco-marocain privé de pièces d'identité, en grève de la faim à Genève

Publié le 01/07/2015 - 14:16
Mis à jour le 01/07/2015 - 14:16

Le journaliste satirique franco-marocain Ali Lmrabet, privé de pièces d’identité par les autorités marocaines sans qu’une explication lui soit fournie, a entamé la semaine dernière une grève de la faim devant l’ONU à Genève pour obtenir gain de cause.

"J'ai pris mon dernier café le 24 juin", a déclaré M. Lmrabet à l'AFP mardi. Depuis, il dit ne plus boire que de l'eau et du thé, avec du sel et du sucre.

M. Lmrabet n'en est pas à sa première grève de la faim. En 2003, il en avait suivi deux - de 50 jours et de 35 jours - pour protester contre sa condamnation au Maroc au terme d'un procès pour "outrage au roi". Cette fois, il proteste contre le non renouvellement de ses pièces d'identité. Les autorités marocaines "refusent arbitrairement de me renouveler la carte d'identité", affirme-t-il, alors que son passeport a expiré le 25 juin.

L'affaire remonte à 2012. Cette année-là, des policiers lui dérobent sa carte d'identité sans raison, explique-t-il. Depuis, sa carte d'identité ne lui a jamais été remise, mais il détenait son passeport. Le 20 avril, la date d'expiration de celui-ci approchant, il a demandé le renouvellement de ce document et de sa carte d'identité. Un certificat de résidence - première étape en vue d'obtenir des pièces d'identité au Maroc - lui a alors été délivré par le commissariat de Tétouan où il réside, mais le lendemain il lui a été repris par le même commissariat sans explication, selon lui. Depuis, il attend une réponse des autorités marocaines et tente d'obtenir de l'aide auprès de l'ONU.

Il voulait lancer un hebdomadaire satirique

Ali Lmrabet, interdit d'exercer entre avril 2005 et avril 2015 au Maroc, avait annoncé fin avril son intention de lancer un nouvel hebdomadaire satirique.  Il avait été condamné à Rabat en avril 2005 dans le cadre d'un procès en diffamation intenté par une association sahraouie, à la suite de déclarations selon lesquelles les réfugiés sahraouis de Tindouf (sud-ouest de l'Algérie) n'avaient "aucune envie de rentrer au Maroc" et qu'ils n'auraient au demeurant "aucune difficulté" à le faire, via la Mauritanie. Ces propos sur ce dossier ultra-sensible sont en contradiction avec la position officielle marocaine, pour qui les réfugiés sahraouis sont "séquestrés" par le Front Polisario, un mouvement indépendantiste soutenu par l'Algérie.

Par ailleurs, Ali Lmrabet éditait au Maroc les hebdomadaires Demain Magazine et Doumane (arabophone) avant que ces publications soient interdites en 2003 au terme d'un procès pour "outrage au roi". Le journaliste avait alors été condamné à trois ans de prison ferme, avant d'être relâché en début 2004 à la faveur d'une grâce royale.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Violences faites aux femmes : depuis Dijon, Emmanuel Macron appelle à ne pas " relâcher l’effort "

Le président de la République, qui a rencontré vendredi 25 novembre à Dijon des victimes, a appelé à ne "pas relâcher l'effort" dans la lutte contre les violences faites aux femmes, estimant qu'il fallait améliorer formation et prévention malgré d'importants "progrès collectifs".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.63
légère pluie
le 29/11 à 15h00
Vent
1.51 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
91 %