Alerte Témoin

Un passionné de drone fabrique un prototype destiné à la gendarmerie

Publié le 22/09/2014 - 08:47
Mis à jour le 22/09/2014 - 17:17

Jean-Philippe Culas est pilote de drone depuis trois ans et est le seul à Besançon, à avoir tous les protocoles pour faire voler ses engins dans l'ouest bisontin. Pendant qu'il est sollicité pour filmer des paysages pour la ville de Besançon, TF1 ou encore l'émission "Des racines et des ailes", cet autodidacte a fabriqué un prototype destiné à la gendarmerie de Franche-Comté. Un nouveau moyen d'aller sur les scènes de crimes sans y laisser la moindre trace... ni en enlever !

photocoptere.jpg
Jean-Philippe Culas (photocoptère) et le prototype destiné à la gendarmerie ©Alexane Alfaro

EXCLU…

Jean-Philippe a été contacté par les enquêteurs de la cellule d'identification criminelle de la gendarmerie de Haute-Saône le lendemain d'un meurtre qui s'était produit à Vesoul où elle a retrouvé le corps sans vie d'une personne ayant reçu de nombreux coups de couteau au bord d'un étang au printemps dernier pour lui demander de l'aide pour ce type d'intervention. En effet, habituellement, la gendarmerie mobilise un hélicoptère sur les lieux venant de Dijon ce qui a un coût important (salaire du pilote, déplacement de l'engin…) De plus, un hélicoptère est limité notamment pour se rapprocher du sol et peut faire s'envoler des dizaines d'indices, de preuves qui peuvent être importants pour mener une enquête.

Suite à cette demande, Jean-Philippe a fait une démonstration ce tout ce qu'on pouvait faire avec un drone, en particulier la précision avec laquelle on peut le faire voler, le faire poser n'importe où, la disposition de la caméra, etc.

Il a  décidé, sans les consulter, de faire un prototype d'un appareil conçu pour les besoins de la gendarmerie et aux couleurs de la gendarmerie "de qualité et à bas prix" qui permettrait d'équiper les casernes et qui est facile à manipuler. 

La base de ce prototype est constituée d'un drone civil avec 4 hélices en carbone, de 60 cm d'envergure avec une électronique de stabilisation qui permet, même avec 30 km/h de vent, de rendre l'appareil stable. Cela permet de réaliser des images très précises et nettes à quelques centimètres du sol. "Par exemple, on peut aisément envisager de l'équiper d'un fil et d'un buvard pour relever le niveau de pollution au-dessus d'une rivière et éviter d'y envoyer un bateau avec des plongeurs pour un simple relevé avec un retour caméra" nous informe Jean-Philipe Culas, "On peut également prélever une tache de sang même dans un endroit inaccessible. On peut tout imaginer !" ajoute-t-il.

Le prototype (voir photos), de la marque créée par Jean-Philippe Culas, Skyrobot, sera présenté pour la première fois au salon Micronora dès mardi 23 septembre 2014. Le brevet d'Etat de ce nouvel appareil sera déposé en 2015.

À partir du mois de novembre prochain, Jean-Philippe Culas prendra ses quartiers au cœur de Témis Innovation à Besançon pour travailler avec des chercheurs de Femto-st et en microtechnique pour perfectionner ce type d'équipement.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Bourgogne Franche-Comté se mobilise pour son tourisme

Confinement • Qui dit confinement dit #restezChezVous. Le tourisme est un des premiers secteurs à pâtir de la crise sanitaire. Consciente de cette problématique, la région Bourgogne Franche-Comté a décidé de décliner un plan de soutien en trois axes : aide financière immédiate, information des professionnels et préparation d'un plan de relance.

Crise économique du coronavirus : BGE Franche-Comté s’engage auprès des Travailleurs indépendants

Dans le contexte sanitaire actuel et au vu des conséquences sur les petites entreprises suite au confinement entamé depuis le 17 mars 2020, le réseau BGE en lien avec Le Ministère du Travail a missionné les BGE sur les territoires pour qu’elles apportent aide et conseils aux travailleurs indépendants les plus fragiles.

Agriculture et Covid-19 : « il faut bâtir des filières locales équitables »

Suite à l’arrêt d’une grande partie de la restauration collective et commerciale hors domicile et l’interdiction d’un grand nombre de marchés, une forte augmentation des volumes des denrées alimentaires vendues par la grande distribution aux ménages a été constatée. La confédération paysanne s'inquiète.

Les techniciens d’Enedis mobilisés durant le confinement : déjà plus de 1.000 interventions

Comme lors de la mobilisation pour les aléas climatiques, les équipes d'Enedis (ex ERDF),  en charge du réseau et de la distribution d'électricité, sont sur le terrain. Sur les territoires Alsace et Franche-Comté, 350 salariés sont mobilisés dans le cadre du service essentiel, 24h/24 et sept jours sur sept.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.38
nuageux
le 04/04 à 9h00
Vent
2.66 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
52 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune