Un passionné de drone fabrique un prototype destiné à la gendarmerie

Publié le 22/09/2014 - 08:47
Mis à jour le 22/09/2014 - 17:17

Jean-Philippe Culas est pilote de drone depuis trois ans et est le seul à Besançon, à avoir tous les protocoles pour faire voler ses engins dans l'ouest bisontin. Pendant qu'il est sollicité pour filmer des paysages pour la ville de Besançon, TF1 ou encore l'émission "Des racines et des ailes", cet autodidacte a fabriqué un prototype destiné à la gendarmerie de Franche-Comté. Un nouveau moyen d'aller sur les scènes de crimes sans y laisser la moindre trace... ni en enlever !

photocoptere.jpg
Jean-Philippe Culas (photocoptère) et le prototype destiné à la gendarmerie ©Alexane Alfaro

EXCLU…

Jean-Philippe a été contacté par les enquêteurs de la cellule d'identification criminelle de la gendarmerie de Haute-Saône le lendemain d'un meurtre qui s'était produit à Vesoul où elle a retrouvé le corps sans vie d'une personne ayant reçu de nombreux coups de couteau au bord d'un étang au printemps dernier pour lui demander de l'aide pour ce type d'intervention. En effet, habituellement, la gendarmerie mobilise un hélicoptère sur les lieux venant de Dijon ce qui a un coût important (salaire du pilote, déplacement de l'engin…) De plus, un hélicoptère est limité notamment pour se rapprocher du sol et peut faire s'envoler des dizaines d'indices, de preuves qui peuvent être importants pour mener une enquête.

Suite à cette demande, Jean-Philippe a fait une démonstration ce tout ce qu'on pouvait faire avec un drone, en particulier la précision avec laquelle on peut le faire voler, le faire poser n'importe où, la disposition de la caméra, etc.

Il a  décidé, sans les consulter, de faire un prototype d'un appareil conçu pour les besoins de la gendarmerie et aux couleurs de la gendarmerie "de qualité et à bas prix" qui permettrait d'équiper les casernes et qui est facile à manipuler. 

La base de ce prototype est constituée d'un drone civil avec 4 hélices en carbone, de 60 cm d'envergure avec une électronique de stabilisation qui permet, même avec 30 km/h de vent, de rendre l'appareil stable. Cela permet de réaliser des images très précises et nettes à quelques centimètres du sol. "Par exemple, on peut aisément envisager de l'équiper d'un fil et d'un buvard pour relever le niveau de pollution au-dessus d'une rivière et éviter d'y envoyer un bateau avec des plongeurs pour un simple relevé avec un retour caméra" nous informe Jean-Philipe Culas, "On peut également prélever une tache de sang même dans un endroit inaccessible. On peut tout imaginer !" ajoute-t-il.

Le prototype (voir photos), de la marque créée par Jean-Philippe Culas, Skyrobot, sera présenté pour la première fois au salon Micronora dès mardi 23 septembre 2014. Le brevet d'Etat de ce nouvel appareil sera déposé en 2015.

À partir du mois de novembre prochain, Jean-Philippe Culas prendra ses quartiers au cœur de Témis Innovation à Besançon pour travailler avec des chercheurs de Femto-st et en microtechnique pour perfectionner ce type d'équipement.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Jura : des mesures exceptionnelles pour les entreprises

Afin de tenir compte du contexte sanitaire actuel et des mesures récemment prises par le Gouvernement, notamment le passage du département du Jura en zone d’urgence sanitaire avec couvre-feu, l’Urssaf Franche-Comté met en place des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises et les travailleurs indépendants concernés, apprend-on ce 23 octobre 2020.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

L’opticien Atol s’installe pour la première fois dans le Grand Besançon !

PUBLI-INFO • Depuis mercredi 7 octobre 2020, un nouvel opticien s'est installé sur la zone commerciale Valentin sur une surface de 180 m2 : il s'agit d'Atol, mon opticien. Cette enseigne n'existait pas encore dans le Grand Besançon. Bertrand Andriot et son équipe vous accueillent et vous conseillent pour habiller vos yeux selon vos besoins et vos envies.

« France Relance » : quelles sont les premières entreprises retenues en Bourgogne-Franche-Comté ?

30 projets d'investissement productif • En visite ce jeudi 15 octobre 2020 à Dijon dans le cadre  du déploiement de "France Relance", Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance a salué les 30 premières entreprises de Bourgogne-Franche-Comté  lauréates du "Fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires". Les 30 projets représentent 20 millions d’euros de subventions d’État pour un total de 115 millions d’euros d’investissements dans la région.

L’aménagement des échéances fiscales et sociales pour les entreprises affectées par la crise sanitaire

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes Publics, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, ont échangé mardi 13 octobre 2020 avec les acteurs économiques sur les différents dispositifs de soutien aux entreprises, notamment en matière d’échéances fiscales et sociales.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.34
nuageux
le 25/10 à 9h00
Vent
5.09 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
67 %

Sondage