Un père de famille interpelle la maire de Besançon pour "remettre la voiture à sa juste place"

Publié le 30/06/2021 - 16:15
Mis à jour le 30/06/2021 - 18:05

Suite au dramatique accident ayant provoqué la mort d'un petit garçon de 4 ans sur le boulevard Léon Blum la semaine dernière, un père de famille, Thomas, souhaite attirer l'attention de la maire de Besançon et des élus sur la place de la voiture dans la ville dans une lettre ouverte en date du 29 juin 2021.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Le 23 juin dernier, un enfant de 4 ans a été tué après avoir lâché la main de sa maman en traversant le boulevard Léon Blum puis percuté par une automobiliste de 84 ans qui serait passée alors que son feu était rouge. Une enquête a toutefois été ouverte par la police.

"On ne peut pas continuer d'accepter que nos enfants perdent la vie renversés par des voitures"

Suite à cet accident relayé sur maCommune.info, Thomas, se disant être "un simple papa" de deux enfants et n'appartenant à aucun collectif ni aucune association, a décidé d'interpeller la mairie de Besançon dans une lettre ouverte. Pour lui, "ce n'est plus possible, on ne peut pas continuer d'accepter que nos enfants perdent la vie renversés par des voitures."

Son discours rejoint d'ailleurs celui des parents d'élèves de l'école Rivotte appelant actuellement et depuis plusieurs semaines les automobilistes à faire preuve de plus de civilité lorsqu'ils circulent dans le secteur de l'établissement scolaire : "Laisser son enfant, son jeune ado, sortir de la maison, aller à l’école seul ou avec des copains est une prise de risque qui noue les estomacs parentaux alors même que cette prise d’autonomie est indispensable à leur développement."

Des solutions "à coûts raisonnables"

 Le père de famille signataire de la lettre propose "des solutions" qui peuvent être "appliquées à l'échelle de la ville rapidement et à des coûts raisonnables", tels que :

  • "Fermer les rues des écoles aux voitures aux heures d’entrée/sortie, (voir en permanence) comme cela se fait déjà à St Maur, Strasbourg ou Paris (en test) ;
  • À l’exception des grands axes, mettre l’ensemble des rues de la ville à 30 km/h (la vitesse moyenne d’une voiture en ville est déjà actuellement de 30km/h), comme cela se fait déjà à Nantes ou à Lille ;
  • Rendre la rue aux piétons en les aménageant progressivement en zone de rencontre afin que les piétons reprennent une place centrale ;
  • Créer des rues qui sont des lieux de vie et non simplement des voies de circulation ;
  • « Casser » les lignes droites qui favorisent les vitesses élevées et découragent la marche à pied. Pour cela, ajouter de la végétation et du mobilier urbain. Ils rendent le lieu agréable et empêchent les voitures de pouvoir rouler à vive allure. (La peur du gendarme ne suffit pas ! Tant qu’il y aura des rues droites et larges, des automobilistes ne respecteront pas les vitesses.) ;
  • Dans les rues dans lesquelles les trottoirs sont maintenus, ne plus accepter de trottoirs de 90cm ou moins. Il n’est alors pas possible de marcher de front en tenant son enfant par la main. Le cheminement doit faire au moins 1,4m et être libre de tout mobilier urbain ! (Arrêté du 15 janvier 2007) ;
  • Une grande campagne de sensibilisation faisant prendre conscience du danger que nous représentons au volant d’une voiture."

Au nom de parents, "nous espérons vivement que ces propositions ne resteront pas lettre morte et seront l'occasion pour la municipalité d'organiser une grande campagne d'apaisement de la ville", conclut le père famille.

Intégralité de la lettre ouverte "Ras le bol" :

1 Commentaire

M suite à votre lettre ouverte concernant le triste décès de cet enfant de 4 ans, je me permes de vous rappeler quelques règles d'une attitude responsable lorsque l'on a des enfants, ce n'est ni à la Mairie, ni aux forces de l'ordre ni aux instituteurs de veiller à l'éducation et la sécurité des enfants, mais bien aux parents, si vous estimez que la sécurité de vos enfant n'est pas de votre responsabilité (c'est et je m'en excuse d'avance) que vous ne devriez pas faire d'enfant, j'ai 56 ans et eux 3 garçons j'habite un petit village ou les voitures, les camions et les tracteurs circulent à vive allure, récemment il y a eut un accident de ce genre et la voiture qui à renversée un petite fille de 5 ans roulaient à 30 KM/H (inattention de quelques secondes de l'accompagnateur) ,dans un village situé à 5 kilomètres de chez mois c'est un ado qui n'a pas respecter le stop et c'est fait percuter par un automobiliste, alors oser dire (et je m'en excuse pour la famille des parents) que ce n'est pas à vous de surveiller votre enfant montre la une cruelle réalité de ce qu'est devenu l'homme dans sa prise de responsabilité, et pendant que vous y êtes, pourquoi ne pas retirer le permis de conduire aux personnes de plus de 60 ans? Pour avoir bien connus le millieux accidentogène, une majeur partie des accident sont dus à une série de négligences et qui commence par celle de la victime ou de son accompagnant, de plus en plus d'accidents en ville concernent des vélos contre piétons, des piétons qui traversent en regardant leur portable plutôt que la circulation et je pourrais vous donner d'autres exemples. Je ne sais votre âge et ne veut pas le savoir mais votre lettre ouverte est plus un slogan écologiste, que celui d'un père de famille qui gère la sécurité de ses enfants, je trouve aberrant et atterrant de pouvoir lire de telles propos, la ville n'est pas un terrain de jeux et ne pas surveiller ses enfants ses proches ou même autrui montre bien malheureusement le monde dans lequel nous vivons, égoïste, refusant ses propres responsabilité.
Publié le 1 juillet à 08h51 par Yannick Breuillot • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

Société

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

Eric Monnin publie un nouveau livre sur l’histoire des Jeux olympiques d’hiver

Après Un siècle d'olympisme en hiver : De Chamonix à Salt Lake City en 2001, De Chamonix à Vancouver : un siècle d'olympisme en hiver en 2010, De Chamonix à Sotchi : Un siècle d’olympisme en hiver en 2013 ou encore De Chamonix à PyeongChang : Un siècle d’olympisme en hiver en 2017, Eric Monnin, universitaire spécialiste de l'olympisme, a sorti De Chamonix à Beijing – Un siècle d'olympisme en hiver (éd. Désiris) ce mois de novembre 2021.

Violences faites aux femmes : « Des photos à l’envers pour remettre les idées à l’endroit » à Besançon et Dijon

Laëtitia Martinez, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté notamment en charge de l’égalité réelle, a inauguré, ce lundi 22 novembre à Dijon, l’exposition Des photos à l'envers pour remettre les idées à l'endroit, aux côtés des représentantes et représentants du Collectif Droits des femmes 21.

Mineurs isolés étrangers en formation : « Quand on fait les choses dans le bon ordre, ça se passe bien quand les jeunes ont 18 ans » (E. Borne)

La ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Elisabeth Borne était en visite ce mardi matin à l'Ecole de production de Besançon, qui forme des jeunes à partir de 15 ans, rencontrant des difficultés scolaires et personnelles, dont des mineurs étrangers isolés.

Violences conjugales en 2020 : le Doubs est le département le plus concerné en Bourgogne Franche-Comté

Les services de police et de gendarmerie ont enregistré une hausse de 10% des violences conjugales qui ont concerné 159.400 personnes tous sexes confondus en 2020, a annoncé lundi le service statistiques du ministère de l'Intérieur. En Bourgogne Franche-Comté, près de 4,5 femmes âgées de plus de 20 ans  sur 1.000 ont été victimes de violences conjugales en 2020. Le Doubs (6) est le département le plus touché
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.28
légères chutes de neige
le 28/11 à 18h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1001 hPa
Humidité
99 %

Sondage