Un pic allergique à l'ambroisie prévu en août

Publié le 30/07/2019 - 17:01
Mis à jour le 30/07/2019 - 10:01

Après la canicule et les pluies de ce week-end, on pouvait croire que le pic des pollens était terminé… et bien c’était sans compter sur l'ambroisie… Des prélèvements sont d'ailleurs effectués dès ce mardi 30 juillet 2019. Hélène Tissot, chargée de mission à ATMO Bourgogne Franche-Comté, spécialisée dans la surveillance de la qualité de l'air dans la région, nous en parle.

L’édition 2019 de la campagne de surveillance spécifique des pollens d’ambroisie démarrera mardi 30 juillet 2019 avec l’installation des premiers prélèvements dans les capteurs.

Selon Atmo Bourgogne-Franche-Comté, en charge de la surveillance de la qualité de l'air dans la région, un pic aux pollens d'ambroisie va se déclarer au mois d'août : "Il y aura des quantités de pollens important dans l'air. Cette plante a deux facteurs de diffusion : un premier au niveau local suite à des travaux et un second en provenance de la région Rhône-Alpes qui est "très impactée par cette plante".

Où sont installés les capteurs ?

Huit capteurs sont impliqués dans cette surveillance en région BFC : Montbéliard, Besançon, Dole, Bletterans, Mâcon, Dijon, Chalon et Nevers.

Les prélèvements démarrent ce mardi matin et le premier bulletin d’information relatif aux pollens d’ambroisie devrait être diffusé le vendredi 9 août. Il est possible de le recevoir chaque semaine durant la campagne, directement par mail en s’abonnant via le site www.atmo-bfc.org rubrique « Abonnements ». Cette étude prendra fin lorsque la pollinisation de la plante sera terminée, aux alentours de début octobre.

Une plante qui recrute de nouveaux allergiques

Même constat pour le docteur Rame, président du RAFT (Réseau d'allergologie de Franche-Comté). Selon lui, l'ambroisie peut "créer de nouvelles personnes allergiques". Cette plante va également au-delà des habituelles conjonctivites, rhinite, car elle "provoque davantage l'asthme".  L’ambroisie est une plante hautement allergisante : cinq grains de pollen par mètre cube d’air suffisent pour que les symptômes apparaissent chez les sujets sensibles (rhinite, conjonctivite, asthme, urticaire, eczéma...).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

60.000 adolescents ont reçu au moins une injection en Bourgogne-Franche-Comté

Depuis dix jours, la vaccination des adolescents s'accélère. 29,9% des enfants âgées de 12 à 17 ans ont reçu au moins une première injection et 7,6% d'entre eux affichent un parcours vaccinal complet avec deux injections. C'est dans le Doubs que la couverture vaccinale des adolescents est la plus faible à 24 % contre près de 34,5 % en Saône-et-Loire pour une moyenne nationale à 27%.

Une quatrième vague également en Bourgogne Franche-Comté ?

Avec un taux d'incidence de 30 cas pour 100.000 habitants (seuil d'alerte à 50) et un taux de positivité des tests à 1,4%, la Bourgogne Franche-Comté est, avec le Centre, la région où la circulation du virus est la moins rapide de France. Toutefois, la circulation du virus est particulièrement active chez les jeunes avec des  taux d'incidence de 105 pour les 20 à 29 ans et de 52 chez les 10 à 19 ans.

Sondage – Les annonces d’Emmanuel Macron vous encouragent-elles à vous faire vacciner ?

Face à la montée en puissance du variant Delta, le chef de l’Etat a annoncé lundi dernier de nouvelles mesures. Dès le 21 juillet 2021, le pass sanitaire est étendu dans les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Cela vous encourage-t-il à vous faire vacciner ? C'est notre sondage de la semaine...
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.23
couvert
le 24/07 à 0h00
Vent
0.58 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
93 %

Sondage