Un pic allergique à l'ambroisie prévu en août

Publié le 30/07/2019 - 17:01
Mis à jour le 30/07/2019 - 10:01

Après la canicule et les pluies de ce week-end, on pouvait croire que le pic des pollens était terminé… et bien c’était sans compter sur l'ambroisie… Des prélèvements sont d'ailleurs effectués dès ce mardi 30 juillet 2019. Hélène Tissot, chargée de mission à ATMO Bourgogne Franche-Comté, spécialisée dans la surveillance de la qualité de l'air dans la région, nous en parle.

PUBLICITÉ

L’édition 2019 de la campagne de surveillance spécifique des pollens d’ambroisie démarrera mardi 30 juillet 2019 avec l’installation des premiers prélèvements dans les capteurs.

Selon Atmo Bourgogne-Franche-Comté, en charge de la surveillance de la qualité de l’air dans la région, un pic aux pollens d’ambroisie va se déclarer au mois d’août : « Il y aura des quantités de pollens important dans l’air. Cette plante a deux facteurs de diffusion : un premier au niveau local suite à des travaux et un second en provenance de la région Rhône-Alpes qui est « très impactée par cette plante ».

Où sont installés les capteurs ?

Huit capteurs sont impliqués dans cette surveillance en région BFC : Montbéliard, Besançon, Dole, Bletterans, Mâcon, Dijon, Chalon et Nevers.

Les prélèvements démarrent ce mardi matin et le premier bulletin d’information relatif aux pollens d’ambroisie devrait être diffusé le vendredi 9 août. Il est possible de le recevoir chaque semaine durant la campagne, directement par mail en s’abonnant via le site www.atmo-bfc.org rubrique « Abonnements ». Cette étude prendra fin lorsque la pollinisation de la plante sera terminée, aux alentours de début octobre.

Une plante qui recrute de nouveaux allergiques

Même constat pour le docteur Rame, président du RAFT (Réseau d’allergologie de Franche-Comté). Selon lui, l’ambroisie peut « créer de nouvelles personnes allergiques ». Cette plante va également au-delà des habituelles conjonctivites, rhinite, car elle « provoque davantage l’asthme ».  L’ambroisie est une plante hautement allergisante : cinq grains de pollen par mètre cube d’air suffisent pour que les symptômes apparaissent chez les sujets sensibles (rhinite, conjonctivite, asthme, urticaire, eczéma…).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 27.3
nuageux
le 16/09 à 9h00
Vent
0.65 m/s
Pression
1021.05 hPa
Humidité
60 %

Sondage