Un Savoyard reste neuf mois avec six morceaux de sonde oubliés dans ses artères

Publié le 23/04/2013 - 18:18
Mis à jour le 23/04/2013 - 18:20

Six morceaux de sonde d’une longueur totale de 16 cm avaient été oubliés dans les artères d’un patient savoyard de 50 ans, lors d’un examen à l’hôpital d’Annecy en juillet 2012. Trois morceaux de cette sonde lui ont été retirés en ce mois d’avril, mais trois morceaux métalliques demeurent encore coincés dans son bras, son épaule et le bas de son cou.

Cet habitant d'Albertville (Savoie), pisteur-secouriste à la station des Arcs, avait passé une coronographie (radio des artères) le 5 juillet 2012. "Au bout de deux ou trois mois, j'ai commencé à sentir des fourmillements dans le bras, des picotements dans le cerveau et j'avais aussi du mal à dormir. J'ai d'abord mis ça sur le compte de mon âge", a raconté Nouredine Lameche. Il consulte finalement son médecin puis un spécialiste qui lui fait passer une échographie. "Et là, surprise ! C'est quelque chose qu'il n'avait jamais vu auparavant : une sonde cassée en six morceaux", a expliqué M. Lameche.

Risquant un accident vasculaire-cérébral (AVC) en raison de la formation de caillots de sang, M. Lameche est opéré le 11 avril au CHU de Lyon. Il se fait retirer trois morceaux de sonde de 3, 7 et 6 cm "légèrement plus fins que du fil de fer", décrit-il.

Trois morceaux métalliques demeurent coincés dans son bras, son épaule et le bas de son cou, explique-t-il cependant. "J'ai toujours des insomnies et j'ai encore très mal au cou", témoigne M. Lameche qui a une cicatrice de 10cm à la carotide. En accord avec ses médecins, il doit décider "dans deux ou trois mois" s'il peut se faire opérer à nouveau pour retirer le reste de la sonde.

Son avocate Me Caroline Collomb a par ailleurs entrepris des "démarches amiables" avec l'hôpital d'Annecy pour obtenir dédommagement. L'établissement s'est dit mardi "ouvert à une solution amiable".

"Manifestement, il y a dû avoir un bris de matériel, chose qui ne s'est jamais produite auparavant", a reconnu Serge Bernard, directeur du centre hospitalier de la région d'Annecy, en précisant que l'hôpital effectuait environ 3.000 coronographies par an. "C'est un examen sur lequel notre centre a une grande expérience et des opérateurs reconnus", a-t-il assuré. L'hôpital va s'attacher "à identifier les causes du problème dans les meilleures conditions possibles", a-t-il ajouté. "Nous avons dit au patient que nous étions à sa disposition pour l'accompagner. Il a fait le choix d'aller vers d'autres centres hospitaliers, ce que nous comprenons", a précisé M. Bernard.

Une expertise doit avoir lieu dans les prochaines semaines pour essayer de déterminer l'origine du problème.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.67
partiellement nuageux
le 29/02 à 9h00
Vent
0.93 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
89 %