Un scanner spectral pour les urgences de l'hôpital de Besançon

Publié le 15/11/2021 - 17:43
Mis à jour le 18/11/2021 - 11:39

Le CHU est le premier établissement public de Bourgogne-Franche-Comté à être équipé de cette technique d’imagerie pour son secteur des urgences. Montant de l’investissement : 1,2 M€.

On dénombre moins d’une dizaine d’établissements de santé en France disposant actuellement d’un scanner spectral de ce type.

Le scanner spectral est capable d’émettre des rayons X selon plusieurs niveaux d’énergie. Les tissus humains répondent différemment à ce type d'énergie qui les traverse. Il est possible lors de l'examen de discerner les structures osseuses, les vaisseaux, les tissus mous, etc.

Quels bénéfices ?

L’imagerie spectrale facilite des diagnostics plus précis et précoces, déterminants dans un contexte d’urgence.

"Une analyse "multiénergies" pour chaque examen, des temps d’expositions réduits, moins de produit de contraste injecté et une amélioration de la pertinence diagnostique font de cette nouvelle technologie un véritable atout dans la prise en charge des patients" explique la direction de l'hôpital de Besançon qui vient d'investir dans un nouveau scanner dit "spectral" pour son secteur d’imagerie des urgences afin de faire bénéficier à aux patients "d’une prise en charge radiologique personnalisée de qualité et innovante".

Le CHU de Besançon se félicite donc de cette acquisition. Une première en Bourgogne-Franche-Comté et en complémentarité avec les scanners déjà présents. Le coût global de l'investissement entre le matériel, son installation et les travaux de la salle est de 1,2 M€.

Données d'analyses en couleur

Ce nouveau scanner permet d’aller au-delà d’une simple visualisation en niveaux de gris de la densité des tissus et d’accéder à de nouvelles données cartographiques en couleur permettant par exemple de repérer plus facilement les embolies pulmonaires, les zones d’ischémie cérébrale lors d’un AVC ou encore un infarctus myocardique ou viscéral.

© CHU Besançon

"Cet outil permet donc de s’affranchir de deux acquisitions au scanner, avec et sans produit de contraste". CHU de Besançon

Pour étudier les images et les reconstructions de ce nouveau scanner spectral, une salle d’interprétation a été aménagée au calme pour apporter plus de confort de travail aux radiologues hospitaliers et internes de radiologie.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.25
nuageux
le 15/08 à 18h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
58 %

Sondage