Un trafiquant espagnol arrêté avec 25 kg de cannabis sur l'A36

Publié le 19/04/2013 - 21:36
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:28

Un trafiquant contrôlé par les douanes sur l’A36, à L’Isle-sur-le-Doubs , avec 25 kg de cannabis a été condamné à 18 mois de prison ferme ce vendredi 19 avril 2013 par le tribunal correctionnel de Besançon.

Parti de Séville en Espagne mercredi 17 avril au matin, il devait déposer la voiture en Allemagne à Francfort, à l'endroit qu'un commanditaire lui avait indiqué par SMS, pour la récupérer le lendemain. D'après lui, un complice devait la récupérer avec sa cargaison de 25 kg de résine de cannabis.

En contre-partie, le conducteur espagnol de 41 ans devait toucher 6.000 euros. Mais la "mule" s'est fait contrôler sur l'A36 par les douaniers franc-comtois qui ont découvert les savonnettes de résine de cannabis cachées sous le tapis de sol, les garnitures intérieures et la roue de secours.

"Létat de nécessité"

Jugé ce vendredi en comparution immédiate l'homme a expliqué qu'il avait perdu son emploi dans une compagnie aérienne espagnole depuis plusieurs années et qu'il alternait les petits boulots mal payés. Pas de quoi vivre, ni aider sa mère étranglée par son crédit hypothécaire et des arriérés de paiement. Il aurait accepté de faire la mule pour s'en sortir.

Une version plausible mais "impossible à vérifier" pour la vice-procureure Margaret Parietti qui requiert deux ans de prison dont une année ferme.

L'avocate du prévenu, Me Sandrine Arnaud,  invoque "l'état de nécessité" de son client. Elle explique le contexte de difficultés économiques et sociales qui l'a poussé à franchir le pas et assure qu'il ignorait transporter une telle quantité de stupéfiants.

Malgré cela les juges vont au delà des réquisitions en lui infligeant une peine de 18 mois de prison ferme et une amende douanière de 16.700 euros.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.37
couvert
le 25/02 à 12h00
Vent
4.29 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
58 %