Une clinique menacée de fermeture en redressement judiciaire dans la Nièvre

Publié le 19/11/2019 - 08:41
Mis à jour le 19/11/2019 - 08:41

Le tribunal de commerce de Nevers a placé lundi en redressement judiciaire une clinique de la Nièvre menacée de fermeture, dans l'espoir de trouver un repreneur, a-t-on appris de source syndicale.

PUBLICITÉ

La clinique du Nohain de Cosne-Cours-sur-Loire a été placée "en redressement judiciaire dès aujourd'hui, dans l'éventualité d'une reprise", a indiqué à l'AFP la déléguée CFDT Christelle Sureau, précisant que la juridiction avait "refusé la liquidation" demandée par les propriétaires.

"C'est une très bonne nouvelle, on va gagner du temps", a ajouté Mme Sureau, alors qu'une centaine d'emplois est en jeu, dont plus des trois quarts en CDI. Une mandataire judiciaire a été nommée et une prochaine audience est prévue au tribunal de commerce de Nevers le 16 décembre.

L'activité de chirurgie déjà suspendue depuis une semaine

L'Agence régionale de Santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté avait suspendu mercredi l'activité de chirurgie pour "manquements" à la sécurité, donnant un délai de six mois à l'établissement pour remédier aux dysfonctionnements. Mais le propriétaire avait alors annoncé vouloir fermer complètement la clinique et l'ARS avait indiqué, dès vendredi, chercher une solution de reprise.

"Des conditions de fonctionnement susceptibles de mettre en danger la sécurité des patients"

Quelque 1.500 personnes avaient défilé samedi après-midi dans cette commune de 10.000 habitants pour protester contre la fermeture l'établissement, notamment des personnels et de nombreux élus du département mais aussi de l'Yonne et du Cher. La décision de suspension annoncée mardi par les autorités sanitaires concernait "l'hospitalisation complète comme la chirurgie ambulatoire" et faisait suite à des constats, après plusieurs inspections, "caractérisant des conditions de fonctionnement susceptibles de mettre en danger la sécurité des patients".

L'ARS avait précisé que la mesure ne concernait pas les activités d'imagerie conventionnelle et de scanner, ni les missions de service public assurées par le centre hospitalier auquel la clinique est adossée : accueil des urgences, SMUR et médecine.

Lundi soir, l'activité de chirurgie restait suspendue. La radiologie était quant à elle ouverte le jour, mais pas la nuit, selon la syndicaliste CFDT Christelle Sureau, ajoutant que la préfecture devait prendre lundi soir une réquisition en vue d'une ouverture nocturne.

Infos +

L'établissement avait déjà vu sa maternité suspendue, fin 2017, en raison du manque de personnel, avant qu'elle soit définitivement fermée quelques mois plus tard, remplacée par un centre périnatal de proximité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Opioïde : les ordonnances du Tramadol bientôt limitées à 3 mois

Le tramadol ne pourra bientôt plus être prescrit que pour une durée maximum de trois mois au lieu d'un an auparavant, a décidé l'Agence du médicament (ANSM) pour limiter les risques de mauvais usage de ce médicament de la famille des opioïdes. Cette mesure entrera en vigueur le 15 avril 2020, précise l'agence sanitaire.

Sclérose en plaques : le CHU de Besançon recherche des patients atteints de la maladie pour une étude

Financée par le CHU de Besançon, cette étude est menée par le Docteur Béreau afin d’ouvrir de nouvelles voies thérapeutiques. L'hôpital recherche des patients atteints d’une sclérose en plaques (SEP) au stade initial, âgés entre et 18 et 60 ans, et n’ayant pas encore reçu de traitement par cortisone.

Urssaf : le point sur la réforme de la sécurité sociale des Indépendants

Depuis le 1er janvier 2018, la protection sociale des indépendants est progressivement confiée au régime général de la Sécurité sociale. Cette mise en œuvre progressive prend fin à partir de ce 1er janvier 2020, date à laquelle les collaborateurs de l’ex-RSI intègrent les organismes du régime général.

Qualité de l’air à Planoise : un dispositif de surveillance installé depuis vendredi

Comme il avait été annoncé en conférence de presse par le préfet jeudi dernier, dispositif de suivi environnemental et sanitaire a été mis en place au niveau du parking extérieur du CCAS de la ville de Besançon ce 3 janvier 2020 suite à l'incendie de la fourrière de Planoise. Une cellule de suivi poursuivra son activité et se réunira à nouveau lundi 6 janvier en préfecture.

Anne-Laure Moser à la direction de l’organisation des soins de l’ARS Bourgogne Franche-Comté

Nominations • Changement d'organigramme au sein de l'ARS avec le décloisonnement entre le champ sanitaire et la sphère médico-sociale. Au 1er janvier 2020, Anne-Laure Moser prendra la tête de la direction de l’organisation des soins de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. Damien Patriat est nommé directeur de l’autonomie. Enfin, depuis le 10 décembre 2019, Véronique Tisserand a pris la responsabilité de la délégation départementale de Haute-Saône.

Libre service dans les pharmacies : du changement à venir à partir du 15 janvier...

L’aspirine, le Doliprane ou l’Advil, médicaments vendus sans ordonnance, ne seront plus en accès libre dans les rayons des pharmacies, mais obligatoirement rangés derrière le comptoir à partir du 15 janvier 2020. Objectif : limiter les risques liés à un mauvais usage, a annoncé mardi 17 décembre 2019 l’agence du médicament ANSM.

Épidémie de gastro-entérite : la Bourgogne Franche-Comté toujours dans le rouge

A l'approche des fêtes, l'épidémie de "gatsro" s'intensifie sur l'ensemble du territoire national avec 169 cas de gastro-entérite pour 100.000 habitants. Les régions Pays de la Loire (282 cas pour 100.000 habitants), Bourgogne-Franche-Comté (244) et le Grand Est (224) sont particulièrement touchées.

Vaccination contre la grippe des professionnels de santé : « des efforts à poursuivre » en Bourgogne-Franche-Comté

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour encourager la vaccination contre la grippe des professionnels de santé. Exemple au centre régional de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc à Dijon, où les initiatives se conjuguent pour souligner les enjeux de ce geste individuel à portée collective.

Le vaccin contre les papillomavirus désormais recommandé aux jeunes garçons de 11 à 14 ans

Le vaccin contre les papillomavirus humains (ou HPV), déjà recommandé pour les filles, le sera désormais aussi pour les garçons de 11 à 14 ans, afin de lutter contre ces virus sexuellement transmissibles responsables de cancers du col de l’utérus, a annoncé lundi 16 décembre 2019 le ministère de la santé.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.47
partiellement nuageux
le 18/01 à 21h00
Vent
1.87 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
94 %

Sondage