Une fausse médecin sous contrôle judiciaire tente d'exercer à nouveau

Publié le 02/11/2021 - 17:27
Mis à jour le 02/11/2021 - 17:27

Une fausse médecin, poursuivie pour avoir exercé avec de faux diplômes à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et dont deux patients sont décédés, a de nouveau postulé pour exercer, a-t-on appris auprès de son avocat.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Samantha Avril avait été doublement mise en examen l'an dernier pour "pratique illégale de la médecine, mise en danger de la vie d'autrui, blessures involontaires, faux et usage de faux" et pour "escroquerie".

Arrêtée en septembre 2020, elle a été libérée sous contrôle judiciaire fin janvier dernier, avec interdiction d'exercer toute activité médicale. Mais elle a tout récemment postulé sur un site de recrutement de médecins, violant ainsi son contrôle judiciaire. Elle a été interpellée et renvoyée en détention le 22 octobre.

"Je suis scandalisé", a réagi son avocat, Alain Guignard, qui estime que sa cliente est "malade psychiatrique", puisque "deux expertises psychiatriques ont conclu à l'altération de son discernement".

"Elle entend des voix qui lui disent qu'elle doit être médecin. Elle a fait une nouvelle crise d'angoisse et a consulté un site de recrutement. Ce n'est pas la prison qui lui faut mais un suivi psychiatrique plus poussé", a estimé l'avocat auprès de l'AFP.

Mme Avril a exercé en tant que médecin de mai à septembre 2020 sur la base de diplômes contrefaits.

Avant cet épisode, elle avait déjà été poursuivie pour faux diplôme d'infirmière, après avoir tenté de se faire inscrire à l'Ordre des infirmiers. Ce dernier avait découvert que son diplôme était faux et prévenu les autorités sanitaires.

La fausse médecin avait déjà été déclarée schizophrène, hospitalisée deux fois et avait déjà été signalée. Mais elle avait malgré tout réussi à se faire embaucher en tant que médecin.

Le président de l'Ordre départemental des médecins Gérard Montagnon avait à l'époque rappelé que cet épisode était intervenu en plein confinement, avec entretien par téléphone et transmission de son diplôme par internet.

"Rien n'a attiré notre attention sur un éventuel caractère frauduleux des pièces qu'elle nous a transmises", avait-il alors déclaré.

Deux familles se sont constituées parties civiles, après le décès de patients qui l'avaient consultée. L'épouse d'un malade décédé avait dénoncé des "prescriptions hasardeuses", assurant que la fausse médecin aurait enjoint à son mari d'arrêter un traitement quotidien pour ses difficultés cardiaques.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.09
légère pluie
le 20/04 à 15h00
Vent
2.94 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
71 %