Plus de 700 personnes présentes pour la marche militante contre l’homophobie et la transphobie à Besançon

Publié le 22/05/2022 - 09:01
Mis à jour le 22/05/2022 - 17:30

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui s’est déroulée ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Depuis 2005, le 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, à l’initiative de Louis Georges Tin. Ces dernières années, même si la société progresse en termes de droits, les actes homophobes et transphobes marquent une hausse inquiétante tant dans l’espace public que familial.

L’origine de cette marche militante fait suite aux nombreuses agressions de l’été 2018 à Besançon et au fil des années a obtenu une visibilité inter-régionale. Mais combien ne se présentent pas au commissariat ? Par peur, par résignation ou méconnaissance de leurs droits ? C’est pourquoi le collectif LGBTQIA+ et de Défense des Droits Humains, organisent cette marche militante depuis 2019, avec le soutien de la mairie par la Mission de lutte contre les discriminations et droits des femmes. 

Une marché ponctuée de témoignages

Un pique-nique s'est déroulé à 13h00 au parc Micaud et la marche a débuté à 14h00 et passera par le centre-ville de Besançon. Des lectures de témoignages et partage des temps forts avec les militants ont marqué la journée. La marche a permis d’occuper l’espace public pour rendre visible la communauté LGBTQIA+ et rassembler toute personnes alliée/sensible aux droits de la communauté.

« Questionner l’opinion et les pouvoirs publics sur l’écart entre les droits qui avancent et les comportements qui régressent est l’une des priorités de cette marche. Elle revendique également le droit de vivre librement dans une société toujours plus instable », soulignent les organisateurs de la marche.

Les associations et institutions participantes à la marche militante : Aides, Amnesty International, Collectif XYZ, Le Cercle, Le Refuge, Léo Lagrange, Nouvel Esprit, SOS Racisme, Tribunal administratif de Besançon, Ville de Besançon.

LGBTQIA+, ça veut dire quoi ?

  • L comme lesbienne
  • G comme gay
  • B comme bi
  • T comme trans
  • Q comme queer
  • I comme intersexe
  • A comme asexuel
  • + pour toutes les autres personnes : aux Etats-Unis, le sigle est LGBTTQQIAAP - lesbien, gay, bisexuel, transgender, transexual, queer, questioning (persones qui se questionnent sur leur sexualité), intersex, asexual, allies (alliés hétérosexuels de la cause), pansexuels. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.24
couvert
le 23/04 à 18h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
55 %