Vaccination papillomavirus : "Être présent dans les collèges c'est aussi un acte éducatif"

Publié le 13/10/2023 - 16:13
Mis à jour le 13/10/2023 - 16:36

Dans le cadre de la campagne de vaccination contre les papillomavirus humains (HPV), Patrice Durand, directeur académique des services départementaux de l’Éducation nationale du Doubs et Agnès Hochart, directrice de la délégation départementale du Doubs de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté se sont rendus ce vendredi 13 octobre au collège Stendhal de Besançon pour assister à la vaccination de quelques élèves. 

Selon la Haute Autorité de santé, la vaccination contre les HPV prévient jusqu’à 90 % d’infections souvent non symptomatiques, mais à l’origine de lésions précancéreuses et/ou de cancers du col de l’utérus, de la vulve, du vagin, de l’anus… Elle est recommandée pour les filles et garçons âgés de 11 à 14 ans révolus.

Le gouvernement a donc lancé une opération de vaccination dans près de 7.000 collèges  à partir du mois d’octobre pour les élèves de 5e. Les parents d’élèves ont ainsi reçu un kit d’information incluant une demande d’autorisation permettant à leur enfant de bénéficier de la vaccination contre les HPV dans leur établissement scolaire. Cette vaccination est gratuite et non obligatoire.

© Élodie R.

Ce vendredi 1 octobre 2023, ils étaient 12 collégiens, sur les 79 élèves de 5e que compte le collège Stendhal de Besançon, à être volontaires pour bénéficier de ce dispositif. Les doses ont été administrées par des équipes mobiles issues de centres de vaccinations.

Pour l’occasion Patrice Durand, inspecteur d’académie et directeur académique des services départementaux de l’Éducation nationale du Doubs accompagné d’Agnès Hochart, directrice de la délégation départementale du Doubs de l’agence régionale de la santé en Bourgogne-Franche-Comté étaient présents pour valoriser la campagne. 

65 collèges du Doubs concernés

Pour l'inspecteur d'académie, les parents ont "un rôle déterminant" et les campagnes de pub ont justement vocation à expliquer les raisons de cette vaccination et "on est là aussi pour leur répondre si besoin est. C’est important d’être présent dans les établissements scolaires pour montrer que c’est presque aussi un acte éducatif". 

L’opération permet un premier contact sous forme de message de prévention. Car si aujourd’hui à Stendhal tous les élèves ne sont pas volontaires plusieurs d’entre eux ont "déjà fait la démarche ou vont le faire dans la sphère privée par le biais de leur médecin de famille" nous explique Charlotte, l’infirmière scolaire du collège. Le rectorat espère également que "les élèves ne seront pas ostracisés mais qu’au contraire ils deviennent des ambassadeurs" insiste Patrice Durand. 

Au total le dispositif sera proposé au sein de 65 collèges du département. La campagne organisée cette rentrée, et qui a vocation d’être reconduite chaque année scolaire, doit permettre de franchir un pas décisif dans la prévention des cancers. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Le CHU veut convaincre futurs internes de choisir Besançon pour étudier

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.74
légère pluie
le 25/05 à 18h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
83 %