Alerte Témoin

"Vanity sizing" : quand les tailles ne correspondent pas à la réalité

Publié le 06/01/2016 - 16:35
Mis à jour le 06/01/2016 - 16:35

Etam, Promod, Zara, Mango, H&M, Kiabi... Le "vanity sizing" a envahi les enseignes de prêt à porté en France. Ce phénomène, mis en oeuvre par les fabricants de vêtements, consiste à réduire les tailles sur les étiquettes afin de flatter le client. Avec le "vanity sizing", les marques induisent en erreur les consommateurs en indiquant, par exemple, une taille 38 sur un habit équivalent à un 40.

clothing_rack_of_jeans.jpg
© Public Domain

Un M pour un L

Les fabricants de vêtements ont réalisé qu'ils pouvaient flatter les consommateurs en révisant les tailles à la baisse. Depuis 2011, les vêtements ont baissé d'une taille, dans l'optique de "mentir aux clients" pour les conformer aux idéaux des dictats de beauté (qui rime souvent avec minceur). Ainsi, dans les enseignes de prêt à porter, une taille Medium est en réalité une taille Large, un 36 équivaut à un 38...

Trop petits, trop grands, trop de formes... De plus en plus de consommateurs réalisent qu'il est difficile de "rentrer dans les normes" imposées par les fabricants lorsqu'ils sortent leurs collections. Ces derniers ne prennent pas en compte les différentes morphologies des populations. 

Pas de normes internationales

L'industrie vestimentaire n'est régie par aucune norme concernant la taille de leurs vêtements. Ainsi, entre plusieurs marques de prêt à porter, d'importantes différences sont observées : le tour de taille d'un pantalon peut varier de 6cm pour un 38, sans mentionner la longueur, ni les aléas du lavage en machine... Chaque distributeur est libre d'étiqueter ses produits comme bon lui semble car il n'existe aucune législation sur les tailles.

Un conseil donc, avant d'acheter, il est préférable d'essayer vos vêtements.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Besançon : l'hôpital remercie tous les donateurs !

Suite à la crise sanitaire, de nombreux gestes de solidarités ont été adressés aux personnels du CHRU de Besançon. Il a ainsi enregistré près de 500.000 euros de dons financiers pour ses personnels, dont la majeure partie versée par une fondation hospitalière parisienne, ainsi que par le club de foot de Dijon. Des actes que l'hôpital souhaite chaleureusement remercier.  

Démarchage téléphonique : « Le Sénat ne doit pas rouvrir la boite de Pandore » (UFC Que choisir)

Après avoir obtenu d’importantes avancées à l’Assemblée nationale pour lutter contre le fléau du démarchage téléphonique dont sont victimes 9 Français sur 10, l’ADEIC, l’AFOC, l’ALLDC, la CSF, le CNAFAL, la CNAFC, la CLCV, Familles de France, Familles Rurales, l’UFC-Que Choisir et l’UNAF s’alarment aujourd’hui de leur possible détricotage par la Haute Assemblée.

Les déploiements et la poursuite des raccordements en fibre reprennent sur le réseau Doubs Très Haut Débit

Alors que la crise sanitaire actuelle souligne encore davantage l'importance de l'accès au très haut débit pour tous, que ce soit pour télétravailler, soigner à distance ou encore assurer la continuité de l'éducation, du lien social et des loisirs, le Syndicat Mixte Doubs Très Haut Débit annonce dans un communiqué du 2 juin 2020, la reprise pleine et entière du grand plan départemental de déploiement de la fibre optique sur le territoire du Doubs.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.6
légère pluie
le 06/06 à 15h00
Vent
4.93 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
96 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune