Vaste opération de la police allemande contre un groupe salafiste

Publié le 15/11/2016 - 14:54
Mis à jour le 15/11/2016 - 15:01

Ce mardi matin 15 novembre 2016, la police allemande a mené une série de 200 perquisitions contre un mouvement salafiste soupçonné d’avoir incité 140 personnes à rejoindre les rangs du groupe État islamique. La justice poursuit également l’enquête en Suisse.

Les opérations ont été menées par plusieurs centaines de policiers dans 10 états régionaux du pays au petit matin et ont visé quelque 190 appartements et bureaux.

Le groupe visé, baptisé "La vraie religion" et comptant plusieurs centaines de membres, a été interdit. C'est la deuxième fois seulement depuis 2001, que les autorités allemandes prennent une telle décision : à l'époque, un groupuscule appelé "L'État du califat", agissant depuis Cologne, avait lui aussi été interdit en raison de son idéologie extrémiste.

Distribution de Corans associée au recrutement de volontaires pour le "djihad"

Le mouvement visé mardi était dans le collimateur des autorités allemandes en raison d'opérations controversées de distribution de Corans dans des zones piétonnières de plusieurs villes, associées au recrutement de volontaires pour le "djihad".

"Il est soupçonné d'avoir encouragé environ 140 Allemands à rejoindre les rangs de l'EI en Syrie ou en Irak en glorifiant les attentats du groupe", a précisé à la presse à Berlin le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière. "Il avait aussi décrété que le refus de la démocratie était un devoir pour les musulmans. Le message que nous envoyons aujourd'hui est de dire qu'il n'y a pas de place en Allemagne pour les islamistes", a déclaré M. de Maizière. "Nous ne voulons pas de terrorisme en Allemagne, nous ne voulons pas qu'il y ait de la propagande en faveur du terrorisme en Allemagne ou qu'il soit exporté depuis l'Allemagne", a-t-il ajouté.

Le renseignement intérieur évalue à environ 9.200 le nombre d'islamistes radicaux présents en Allemagne et à 1.200 celui des plus déterminés d'entre eux susceptibles de pouvoir commettre des attentats.

L'enquête touche également la Suisse

Les autorités allemandes ont accru la pression ces derniers temps sur les milieux salafistes. La justice allemande avait arrêté il y a une semaine cinq personnes soupçonnées d'avoir monté un réseau de recrutement pour le compte du groupe État islamique (EI), dont une présentée par le gouvernement comme étant un des principaux relais du groupe djihadiste dans le pays.

En Suisse, pays frontalier avec l'Allemagne, la justice enquête également sur cette affaire. Selon un porte-parole du Ministère public de la Confédération (MPC), une procédure pénale a été ouverte contre "des personnes", en lien avec l'organisation "Lies". Cette organisation distribue notamment gratuitement des Coran dans les villes suisses. Le MPC précise encore coopérer avec la justice allemande sur cette affaire et ajoute qu'aucune action n'est en cours contre l'organisation elle-même.

(source: AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

A Besançon, un corps retrouvé, possiblement celui d’un Serbe disparu en décembre dernier

Son identité devrait rapidement être déterminée. Le corps d’un ressortissant serbe disparu depuis fin décembre à Besançon a vraisemblablement été découvert mercredi dernier dans un bâtiment désaffecté sur les rives du Doubs, une autopsie confirmant la thèse d’un homicide, a-t-on appris ce mardi 26 avril auprès du parquet.

Mosquées taguées à Besançon : un ex-candidat du RN condamné à 18 mois de prison avec sursis…

Au mois de novembre 2021, plusieurs mosquées avaient été vandalisées dans le Doubs (Besançon, Pontarlier et Montlebon). Un ancien candidat aux élections départementales pour le parti du Rassemblement National avait reconnu les faits en janvier dernier. Il devait répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel de Besançon ce lundi 25 avril 2022.

Procès de Nicolas Zepeda : vers un procès en appel à Besançon ?

Le procureur de la République de Besançon et avocat général au procès de Nicolas Zepeda Etienne Manteaux est revenu ce vendredi 15 avril sur la demande d’appel de Nicolas Zepeda, condamné le 12 avril dernier pour le meurtre de Narumi Kurusaki. Même si la loi interdit qu’un procès en appel se déroule dans le tribunal où le premier jugement a été rendu, il pourrait peut-être y avoir une exception...
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.66
ciel dégagé
le 17/05 à 21h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
100 %

Sondage