Vaste opération de la police allemande contre un groupe salafiste

Publié le 15/11/2016 - 14:54
Mis à jour le 15/11/2016 - 15:01

Ce mardi matin 15 novembre 2016, la police allemande a mené une série de 200 perquisitions contre un mouvement salafiste soupçonné d’avoir incité 140 personnes à rejoindre les rangs du groupe État islamique. La justice poursuit également l’enquête en Suisse.

PUBLICITÉ

Les opérations ont été menées par plusieurs centaines de policiers dans 10 états régionaux du pays au petit matin et ont visé quelque 190 appartements et bureaux.

Le groupe visé, baptisé « La vraie religion » et comptant plusieurs centaines de membres, a été interdit. C’est la deuxième fois seulement depuis 2001, que les autorités allemandes prennent une telle décision : à l’époque, un groupuscule appelé « L’État du califat », agissant depuis Cologne, avait lui aussi été interdit en raison de son idéologie extrémiste.

Distribution de Corans associée au recrutement de volontaires pour le « djihad »

Le mouvement visé mardi était dans le collimateur des autorités allemandes en raison d’opérations controversées de distribution de Corans dans des zones piétonnières de plusieurs villes, associées au recrutement de volontaires pour le « djihad ».

« Il est soupçonné d’avoir encouragé environ 140 Allemands à rejoindre les rangs de l’EI en Syrie ou en Irak en glorifiant les attentats du groupe« , a précisé à la presse à Berlin le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière. « Il avait aussi décrété que le refus de la démocratie était un devoir pour les musulmans. Le message que nous envoyons aujourd’hui est de dire qu’il n’y a pas de place en Allemagne pour les islamistes« , a déclaré M. de Maizière. « Nous ne voulons pas de terrorisme en Allemagne, nous ne voulons pas qu’il y ait de la propagande en faveur du terrorisme en Allemagne ou qu’il soit exporté depuis l’Allemagne« , a-t-il ajouté.

Le renseignement intérieur évalue à environ 9.200 le nombre d’islamistes radicaux présents en Allemagne et à 1.200 celui des plus déterminés d’entre eux susceptibles de pouvoir commettre des attentats.

L’enquête touche également la Suisse

Les autorités allemandes ont accru la pression ces derniers temps sur les milieux salafistes. La justice allemande avait arrêté il y a une semaine cinq personnes soupçonnées d’avoir monté un réseau de recrutement pour le compte du groupe État islamique (EI), dont une présentée par le gouvernement comme étant un des principaux relais du groupe djihadiste dans le pays.

En Suisse, pays frontalier avec l’Allemagne, la justice enquête également sur cette affaire. Selon un porte-parole du Ministère public de la Confédération (MPC), une procédure pénale a été ouverte contre « des personnes », en lien avec l’organisation « Lies ». Cette organisation distribue notamment gratuitement des Coran dans les villes suisses. Le MPC précise encore coopérer avec la justice allemande sur cette affaire et ajoute qu’aucune action n’est en cours contre l’organisation elle-même.

(source: AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.45
légère pluie
le 21/10 à 3h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1013.94 hPa
Humidité
96 %

Sondage