Vers une nouvelle sécheresse dans le Doubs : la préfecture appelle à préserver la ressource en eau

Publié le 12/03/2022 - 18:16
Mis à jour le 12/03/2022 - 08:53

Au sein du département du Doubs, sur les six derniers mois écoulés, de septembre 2021 à février 2022, quatre ont connu un déficit de pluie variant de 20 à 50% au regard des moyennes saisonnières. Globalement, le déficit pluviométrique pour la saison de recharge est supérieur à 20%. La préfecture du Doubs rappelle que « l’eau est une ressource rare et fragile », ce vendredi 11 mars.

 © Libre de droit
© Libre de droit

Depuis les dernières pluies datant de fin février 2022, les cours d'eau connaissent une baisse sensible de leurs débits et certains - Doubs amont, Loue amont et Drugeon - se rapprochent des débits de référence d’étiage. À ce jour, vendredi 11 mars, les débits de tous les cours d’eau du département peuvent être qualifiés de très faibles pour la saison. Certaines nappes, comme le secteur Doubs aval, sont en dessous de la moyenne d’un mois de mars et la baisse s’accentue.

"La période sèche et chaude que nous connaissons, en même temps que la reprise de la végétation, aggrave l’assèchement des sols par la combinaison de l’évaporation et de la consommation d’eau par les végétaux", souligne Bruno Laithier, chef de l’Unité Coordination Eau et Ouvrages Hydrauliques à la préfecture du Doubs.

Une tendance plus chaude et plus sèche pour les mois à venir  (Météo France)

Bruno Laithier indique toutefois que "la situation des cours d’eau et nappes n’est pas inédite à cette période de l‘année". En revanche, "la persistance prévisible du temps sec incite à être vigilant, la situation dans le Doubs pouvant rapidement se dégrader si l’absence de pluies efficaces perdurait."

En conséquence, et dès à présent, le chef de l’Unité Coordination Eau et Ouvrages Hydrauliques appelle à préserver la ressource en eau et prendre les dispositions utiles pour faire face à une éventuelle période de sécheresse : remplir les dispositifs de recueil des eaux de pluie issues des toitures, limier les usages non indispensables ou encore planter et semer des végétaux adaptés à la sécheresse.

"À ce jour, il n’est pas instauré de restriction formelle des usages, mais il est nécessaire de se préparer", met en garde Bruno Laithier. Pour mémoire, des restrictions des usages de l'eau ont été nécessaires au cours de 8 sur les 10 dernières années, parfois pendant plusieurs mois.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.44
légère pluie
le 12/07 à 15h00
Vent
4.14 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
86 %