Village by CA : un an, et après ?

Publié le 19/06/2018 - 09:00
Mis à jour le 21/06/2018 - 21:44

Le Village by CA du Crédit Agricole a fêté ce lundi 18 juin 2018 sa première année d'existence. C'est l'occasion pour les startups aidées par le dispositif de faire le bilan et pour les organisateurs de dévoiler leurs ambitions pour le futur... 

VillagebyCA.jpg
VillagebyCA.jpg
PUBLICITÉ

En un an, douze startups soutenues par 21 partenaires ont été hébergées par le village. « On a souhaité accélérer le développement des startups, leur donner un coup de pouce en les mettant en relation » explique Jean-Louis Delorme, président du Village by CA. « Clarifier leurs projets : leur dire où et comment trouver de l’aide » ajoute Etienne Boyer, président du Pôle compétitivité des Microtechniques.

Accompagner les jeunes entrepreneurs : « Holy Owly » et « Flexio » présentent leurs expériences

Des relations et de l’aide. C’est ce qui ferait la force de cette « pépinière« , saluée par les entrepreneurs soutenus par le village.

Intégrées en mars 2018, les deux sœurs à l’origine de « Holy Owly », application d’apprentissage des langues aux enfants en bas âge, ont pu profiter de l’expérience d’autres entrepreneurs plus chevronnés. « Les conseils de nos pairs sont précieux : on évite des erreurs de débutants et on trouve les bonnes relations » sourit Julie Boucon, co-fondatrice de la start-up.

Flexio, passé de deux à huit salariés

Une idée partagée par Julien Brugger, créateur de la récente entreprise Flexio. « Sur les conseils d’un de mes pairs plus expérimenté, on a fait une levée de fonds et on a recruté, passant de 2 salariés en octobre dernier à huit en août prochain » jubile-t-il, convaincu des bienfaits de sa démarche. « Le village m’a aussi apporté du réseautage : clients, partenaires et conseillers » conclut le jeune chef d’entreprise.

Eviter la fuite des cerveaux hors de Franche-Comté

Satisfaite de cette première année d’existence, Elisabeth Eychenne, directrice générale du CA Franche-Comté, ne souhaite pas s’arrêter là. « On a donné naissance à un joli bébé mais qui doit s’affirmer » illustre-t-elle. « On souhaite voir grandir ces nouvelles entreprises dans la région. Pour que ces cerveaux comprennent qu’ici aussi, ils ont des ressources pour se développer. Sans être forcées d’aller s’installer à Dijon ou Paris par exemple » conclut-elle.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Festival de la Paille : une étude pour savoir ce que veulent les festivaliers…

Festivaliers, qui êtes-vous ? • Au cours de l'édition 2018 du Festival de la Paille, le "Collectif organisation" a fait appel GECE, institut d'étude, de sondage et d'enquête afin de sonder ses festivaliers. Cette enquête a été réalisée auprès de 6 900 festivaliers "dans le but de réaffirmer un projet solide, partagé et solidaire et définir de nouvelles orientations", nous indique-t-on.

Loi PACTE : la grogne des commissaires aux comptes en Bourgogne-Franche-Comté

tribune • Dans une tribune publiée dans le journal du palais, Franck Paul et Philippe Dandon, respectivement présidents de la compagnie régionale des commissaires aux comptes de Besançon et de Dijon (CRCC) demandent au gouvernement de revoir sa copie concernant notamment le relèvement brutal des seuils d’audit légal inclus dans la Loi Pacte sur les commissaires aux comptes. Ils parlent d'un risque majeur pour l'économie française et estiment que 10.000 emplois sont menacés dans leur profession.  

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.13
ciel dégagé
le 21/03 à 3h00
Vent
2.41 m/s
Pression
1033.17 hPa
Humidité
83 %

Sondage