Vous avez vu la philomobile ? Arrêtez-vous !

Publié le 05/05/2022 - 14:00
Mis à jour le 24/05/2022 - 08:26

Insolite •

Laurence Bouchet, anciennement professeure de philosophie au lycée Xavier Marmier de Pontarlier, a voulu réinventer son travail en 2017 et a décidé de partir arpenter les routes dans le but de rencontrer les locaux pour parler « philosophie »…

maCommune.info  : Comment est né le concept de la Philomobile ?

Laurence Bouchet : "L’idée consiste à montrer que la philosophie (qui paraît souvent comme une discipline compliquée) peut en réalité s'adresser à tout le monde. De même que le camion pizza s'arrête dans les villages pour nourrir les estomacs, la Philomobile s'arrête pour nourrir les esprits.

Souvent on croit que la philosophie n'est qu'une discipline pour passer une épreuve du bac, mais Socrate, Épicure, Montaigne, Nietzsche et les autres n'ont pas fait de la philosophie pour avoir une bonne note à l'examen. S'ils se sont passionnés pour cette discipline c'est parce qu'elle les aidait à mieux vivre, à mieux se comprendre eux-mêmes et le monde dans lequel ils vivaient. 

Tous, nous nous posons un jour des questions philosophiques, sur la vie, la mort, l'amour, la guerre, les choix existentiels, la maladie, etc. La philosophie nous aide à bien poser les questions et à trouver quelques réponses par le dialogue".

maCommune.info : Quelles sont les rencontres qui vous ont particulièrement marquées ?

Laurence Bouchet : "Au volant de ma philomobile, je suis allée philosopher en Bretagne, dans le Gard, en Espagne, au Maroc, à Argenteuil, dans le Massif central, à Roanne, à Lausanne en Suisse, bientôt je ferai une tournée à Paris, à Langres etc…

Depuis le Covid mon périmètre s'est davantage centré sur la Franche-Comté que je sillonne de long en large : petits villages du Haut-Jura, Haut-Doubs, Haute-Saône, etc.

J'ai fait des ateliers avec des publics inattendus : viticulteurs à côté de Poligny. J'ai été invité par la fédération des chasseurs du Jura, parfois aussi je vais sur les marchés et depuis six ans je me rends une fois par semaine philosopher avec des détenus de la maison d'arrêt de Besançon.

Difficile de dire quelles rencontres m'ont le plus marquée, car il se passe toujours quelque chose. J'ai beaucoup aimé m'aventurer au-delà des frontières de notre pays, j'aime beaucoup aussi prendre le temps d'écouter des tous petits de maternelle avec leur regard tout neuf sur le monde".

Infos +

  • Pour les écoles ou structures intéressées pour vous faire intervenir Laurence Bouchet, n’hésitez pas à la contacter sur :   laurencelevant@wanadoo.fr

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Sondage – Comptez-vous faire grève et/ou manifester contre la réforme des retraites ?

La deuxième grande journée de mobilisation sociale contre la réforme des retraites se déroulera le 31 janvier 2023 à Besançon, comme ailleurs en France. La Première ministre a confirmé qu’elle ne changera pas l’âge de départ en retraite, ce qui encourage davantage les syndicats à poursuivre leurs mouvements de grève et de manifestations.

Une centaine de personnes présentes au rassemblement antifasciste devant le palais de justice ce vendredi

Organisé par la Nuée antifasciste ce vendredi 27 janvier juste avant le jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage de la statue de Victor Hugo en novembre 2022, le rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le palais de justice de Besançon.

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.36
couvert
le 31/01 à 3h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
94 %