Michel Raison a-t-il eu tort d'avoir répondu à Cash Investigation ?

Publié le 14/09/2016 - 10:25
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:36

C’était le bad buzz de la soirée télé. Dans l’émission Cash Investigation diffusée sur France 2 ce mardi 13 septembre et consacrée aux nitrites et l’industrie agroalimentaire, le sénateur LR de Haute-Saône Michel Raison était interrogé par une journaliste sur les liens des parlementaires et du lobbying… sauf que le tournage a quelque peu dérapé !

 ©
©

Il va avoir besoin de zénitude. Alors qu'il reçoit ce mercredi matin le Dalaï-Lama en qualité de président du groupe d’information internationale sur le Tibet au Sénat, Michel Raison doit faire face à un Deuxième "Bad Buzz" émanant de Cash Investigation. Le sénateur avait déjà dû s'expliquer après le reportage du 2 février 2016 sur les pesticides où on le voyait à un dîner organisé par Syngenta. Ce mardi 13 septembre, il était interrogé sur ses liens avec "la communauté du bien manger", vraisemblablement proche de l'Ania, l'association nationale des industries alimentaires.

  • "Le lobbying, il ne faut pas le prendre au sens péjoratif du terme (…) C'est à nous de trier, c'est à nous de nous faire notre propre opinion, mais on a besoin d'eux" explique-t-il à la journaliste venue l'interroger au Sénat (source : France 2). "Nous, il y a plein de choses que l'on ne sait pas ! Les gars, ils viennent t'éclairer sur un truc, mais ils peuvent t'enfumer, mais c'est toi qui dois vérifier et regarder… "

C'est alors que la collaboratrice du sénateur l'éloigne de la caméra. Sauf que les micros ne sont pas coupés ! En coulisses on entend Michel Raison s'inquiéter : "Elle est venue un peu me piéger…" Sa collaboratrice lui proposera d'appeler l'Ania.  "Nous on en revient toujours pas…"  s'offusque la voix off dans le reportage.

Suite à cette diffusion du reportage de Cash Investigation "Business contre santé", les réactions ne se sont pas fait attendre sur les réseaux sociaux  et même sur Wikipédia. La fiche de Michel Raison a même été modifiée dès la fin du reportage.

Wikipédia a rectifié le tir dès ce matin.

Contactée, la collaboratrice de Michel Raison ne souhaite pas faire de commentaire à titre personnel. En revanche, Michel Raison tient à s'expliquer sur ses positions de sénateur sur l'étiquetage nutritionnel dont il est question dans l'émission. Sur le fond, il a d'ailleurs envoyé ses arguments et ses réponses aux journalistes de Cash Investigation.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.59
légère pluie
le 16/04 à 15h00
Vent
5.1 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
84 %