Morteau saucisse : les fameux "20 cm de pur bonheur" dans le métro parisien

Publié le 17/02/2014 - 08:00
Mis à jour le 23/01/2019 - 16:14

Après avoir interpellé les Bisontins avec ses 20 centimètres de pur bonheur bien il y a trois ans sur 200 abris-bus, la saucisse de Morteau traditionnelle Jean-Louis Amiotte s’invite dans le métro de Paris. Objectif : faire connaître cette spécialité que les Francs-Comtois aiment tant aux parisiens grâce à 350 panneaux publicitaires et promouvoir sa fabrication traditionnelle…

 ©
©

publi-info

L'entreprise artisanale de la saucisse de Morteau a été créée par Jean Amiotte-Suchet, charcutier, en 1939 dans l'Est de la France, proche de la frontière Suisse au milieu des montagnes franc-comtoises du Jura et du Haut-Doubs. C'est en 1967 que Jean-Louis Amiotte-Suchet, le fils, succède à son père et développe l'entreprise. Depuis, la saucisse de Morteau s'exporte dans d'autres régions françaises. Le label régional Franche-Comté, protégeant la saucisse de Morteau dans sa zone historique de fabrication à 700 mètres d'altitude dans le Haut-Doubs a été créé en 1974. 

Deux médailles d'or au salon de l'agriculture 2013 

C'est en 1998 qu'Arnaud et Carole Amiotte-Suchet prennent la relève et continuent à perpétrer la tradition à travers les frontières de notre région, notamment le fumage de la saucisse qui se réalise en tuyé. "Cette étape s'effectuera toujours exclusivement en tuyé, ce qui donne son goût inimtable" souligne Thierry Belin, directeur commercial de la société Jean-Louis Amiotte. D'ailleurs, la Morteau saucisse a reçu deux médailles d'or au salon de l'agriculture à Paris lors du concours général agricole national en 2013.

"Offrez-vous 20 centimètres de pur bonheur" dans le métro parisien…

Après quelques recherches, l'entreprise Morteau Saucisse Jean-Louis Amiotte a constaté que la région parisienne était "sous-consommatrice" de la spécialité charcutière par rapport au nord et au sud-est de la France, (sans parler de la Franche-Comté où la saucisse se consomme très bien d'après Thierry Belin). L'objectif de la campagne est aussi de "cibler des consommateurs plus jeunes". En effet, selon le directeur commercial de la société, les plus grands consommateurs ont 50 ans et plus.

Par ailleurs, l'entreprise tente de démontrer que la saucisse de Morteau, fabriquée dans la tradition, n'est pas mauvaise pour la santé : "Je n'en peux plus d'entendre dire dans les médias que la charcuterie est mauvaise pour la santé" raconte Thierry Belin, "surtout quand on sait que sur 100 ménages français, 70 consomment des knacks et seulement 15 consomment de bons produits d'appellation contrôlée. Une knack est composée de 72% de viande et 18% d'eau. Nous, avec 100 kg de viande on fait 100 kilos de saucisses". C'est dit !

Ecouter le spot radio de la Morteau saucisse Jean-Louis Amiotte...

L'entreprise Jean-Louis Amiotte sera présente au prochain salon de l'agriculture à Paris du 22 février au 2 mars 2014.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Trois dolois créent une nouvelle plateforme pour vendre et acheter des fruits et légumes… sans être un professionnel

Après deux années de travail, Oly a vu le jour ce mois de septembre 2022 dans le paysage franc-comtois. Il s’agit d’une plateforme créée par trois jeunes dolois, Rémi Vandelle, Théo Reffay et Adrien Berthenet, permettant de vendre et d’acheter des fruits, des légumes et des produits travaillés sans pour autant être primeur ou épicier.

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.5
nuageux
le 30/09 à 15h00
Vent
0.54 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
72 %

Sondage