1€ d'amende pour Toufik de Planoise : "un symbole inacceptable"

Publié le 17/07/2023 - 10:29
Mis à jour le 17/07/2023 - 09:41

Le 13 juillet 2023, le journaliste indépendant Toufik de Planoise a été condamné par le tribunal de Besançon à une peine de 1€ pour intrusion dans une enceinte ferroviaire et refus de prélèvements signalétiques lors de la couverture d’une manifestation à la gare Viotte de Besançon. Pour la section bisontine de la Ligue des droits de l’Homme, ”cette condamnation est symbolique dont le symbole est inacceptable.”

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Le 20 avril dernier, lors d’une manifestation contre la réforme des retraites, une dizaine de personnes s’est rendue à la gare Viotte et s’est retrouvée sur les rails, interrompant la circulation des trains. Parmi ces personnes, des manifestants contre la réforme et Toufik de Planoise, sur place pour couvrir l’évènement social pour un média local. Avec un délégué syndical, il est interpellé et placé en garde à vue pour ”intrusion dans une enceinte ferroviaire”, ”entrave à la circulation ferroviaire” et ”refus de prélèvement signalétiques” (autrement dit, refus de se soumettre au prélèvement de ses empreintes).

Après l’audience le 30 juin, le délibéré a été connu jeudi 13 juillet : Toufik de Planoise est relaxé sur l’entrave à la circulation ferroviaire, en revanche, l’intrusion et le refus de prélèvement signalétique ont été retenus. Ainsi, le journaliste est condamné à une peine de 1€.

"Un outil indispensable au service de la démocratie"

Pour la section de Besançon de la LDH, le métier de journaliste est de ”nous informer de ce que nous devons savoir en tant que citoyennes et citoyens” et d’ajouter que ”le droit de la presse, la liberté des journalistes n’est pas un privilège des journalistes, mais un outil indispensable au service de la démocratie.” 

Dans le communiqué signé de l’ex-députée du Doubs Barbara Romagnan, membre de la LDH Besançon, ”c’est tellement vrai que la liberté de la presse est garantie de façon constitutionnelle. Même le Schéma National du Maintien de l’Ordre (SNMO) indique, dans son article 2232, que pour « couvrir le mieux possible une manifestation, les journalistes peuvent (à la différence de personnes qui ne sont pas journalistes) circuler librement au sein des dispositifs de sécurité ». Il est même précisé que « la présence des journalistes lors des manifestations revêt une importance primordiale et qu’il est impératif de protéger le droit d’informer » ce qu’on pourrait traduire par le fait que la sécurité physique des journalistes doit être garantie.”

Toufik de Planoise a annoncé sur les réseaux sociaux qu'il fera appel et se dit prêt, "s'il le faut", à aller jusque devant la Cour européenne des droits de l'Homme.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.65
légère pluie
le 22/04 à 15h00
Vent
5.33 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
64 %