1er mai : à Besançon, la majorité municipale dénonce la violence des affrontements

Publié le 02/05/2023 - 09:30
Mis à jour le 02/05/2023 - 14:57

Par voie de communiqué de presse, la maire de Besançon et les élus de la majorité ont répondu à un précédant communiqué de Ludovic Fagaut dénonçant des élus qui "cautionnent des casseurs". Le député Laurent Croizier a lui aussi dénoncé les agissements des casseurs.

À la suite de la manifestation officielle du 1er mai, un second rassemblement, non déclaré celui-ci,  a rassemblé une centaine de personne qui ont rapidement provoqué des heurts au sein du centre-ville bisontin.

Dans un communiqué de presse, le chef de file de l’opposition Ludovic Fagaut a dénoncé l’"attitude inadmissible et scandaleuse" de certains "élus, adjoints, conseillés délégués et d’un membre du cabinet" lors de cette manifestation non déclarée. Il a exigé la démission de ces derniers et a enjoint la maire de Besançon, Anne Vignot de "démettre de ses fonctions sa directrice de cabinet". 

L’élu reproche à ces personnes d’être restées indifférentes tandis que des "manifestants casseurs" étaient en train de "caillasser les vitrines de nos commerces de centre-ville ainsi que nos forces de l’ordre".

Réaction de la majorité

En réaction, les élus de la majorité ont à leur tour répondu par communiqué de presse en précisant que des élus avaient été "témoins du début des affrontements qui ont eu lieu" entre des casseurs et les forces de l’ordre "au moment de partir". Il est précisé que certains d’entre eux auraient d’ailleurs "signalé aux pompiers un départ de feu". 

Les élus de la majorité dénoncent également "sans réserve la violence de ces affrontements sauvages" et remercient l’ensemble des forces de l’ordre qui "se sont mobilisés pour assurer la sécurité de la population". 

Laurent Croizier apporte son soutien aux policiers

Dans un communiqué en date du 2 mai, le député du Doubs Laurent Croizier a lui aussi fait part de son soutien envers les forces de l'ordre qui "œuvrent courageusement pour assurer notre sécurité et notre tranquillité publique". Il condamne également cette "minorité violente" qui vise à "défier l'autorité de l'État, saccager l'espace publique, les commerces mais aussi à « casser du flic » ".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’ancien préfet de Haute-Saône Michel Vilbois limogé pour management “brutal”

Préfet du Tarn depuis seulement 9 mois, Michel Vilbois, ancien préfet de Haute-Saône, sera démis de ses fonctions à compter du lundi 22 juillet. Connu pour sa fermeté face aux manifestations contre l’autoroute A 69 et visé, selon des sources concordantes, par des accusations de management "brutal". Son limogeage intervient environ un mois après un audit mené auprès de ses services par l’Inspection générale de l’administration (IGA), dont les résultats ne sont pas encore connus.

Candidat RN sous curatelle dans le Jura : un recours pour annuler le scrutin législatif

La candidate Nouveau Front populaire dans la 2e circonscription du Jura a déposé un recours mercredi 17 juillet 2024 devant le Conseil constitutionnel pour faire annuler le scrutin législatif qui avait vu la qualification au second tour d'un candidat Rassemblement national sous curatelle, donc théoriquement inéligible.

Christophe Grudler au lancement d’Ariane 6 : ”Ce succès va permettre à l’Europe de retrouver son accès autonome à l’espace”

Le député européen terrifortain, Christophe Grudler (MoDem / Renew Europe), spécialiste des questions spatiales au Parlement européen, a assisté au succès du vol de qualification d’Ariane 6 mardi 9 juillet 2024 du port spatial de l’Europe à Kourou. Seul représentant des institutions de l’Union européenne sur place, il appelle à généraliser la préférence pour un lanceur européen, pour les lancements de satellites européens.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.85
ciel dégagé
le 19/07 à 03h00
Vent
0.89 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
95 %