45.000 emplois salariés pour la filière automobile en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 05/01/2019 - 07:33
Mis à jour le 05/01/2019 - 09:52

La filière automobile représente un tiers de l'emploi industriel de la région. Elle emploie également plus de 9.000 intérimaires.

PUBLICITÉ

La moitié de ces 45.000 emplois salariés, hors intérim, se situe logiquement dans la zone d’emploi de Belfort-Montbéliard-Héricourt, « avec le site sochalien de PSA entouré d’un réseau important d’entreprises » note l’Insee Bourgogne-Franche-Comté qui dévoile ces chiffres dans une nouvelle étude. La filière est également très présente à Vesoul, dans la zone d’emploi de Saint-Claude dans le Jura, au sud-ouest de la région et dans l’Yonne, où les équipementiers sont à proximité de l’Île-de-France et de ses nombreuses usines automobiles.

La filière emploie également 9 300 intérimaires, dont plus de la moitié dans la fabrication d’équipements et près du quart dans la construction automobile.

Une filière qui rémunère mieux…

Les salariés permanents sont plus souvent en CDI que dans les autres domaines d’activité, 94 % contre 81 % pour l’ensemble des salariés hors fonction publique.

Comparé aux autres domaines d’activité, le salaire horaire moyen était en 2015 de 14,40 €, contre 14,10 € dans l’industrie et 12,60 € pour l’ensemble des salariés. « La filière offre en effet des emplois plus qualifiés. Ses salariés sont également plus âgés en moyenne. Ils devraient être nombreux à prendre leur retraite d’ici 2030, notamment dans la construction automobile… »

secteur automobile Bourgogne Franche-Comté Bourgogne

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Prime Macron : les salariés francs-comtois parmi les moins gâtés en France

L’Urssaf Franche-Comté dresse un premier bilan de la prime exceptionnelle versée par les entreprises en décembre 2018 et janvier 2019. 15,3 millions d’euros ont été versés à près de 32 000 salariés en Franche-Comté (soit 11,1 % des salariés et 53% des salariés des établissements versant la prime). Voici le détail...

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.12
ciel dégagé
le 24/03 à 12h00
Vent
2.16 m/s
Pression
1024.52 hPa
Humidité
89 %

Sondage