Le tatouage en couleur est sauvé !

Publié le 26/12/2013 - 10:27
Mis à jour le 17/04/2019 - 14:41

La tension devrait redescendre tout doucement chez les tatoueurs français. L’arrêté ministériel qui devait interdire 59 colorants sur 153 dès le 1er janvier 2014 a, en réalité, « été mal interprété » par les adminstrations en charge du dossier, a-t-on appris ce mercredi 25 décembre 2013.

 ©
©

OUF !

En cause, selon l'association tatouage & Partage récemment reçue au ministère de la santé pour plaider la cause des tatoueurs, un des quatre tableaux figurant dans l'arrêté et listant les colorants que peuvent contenir les produits cosmétiques. "Ils ont tout simplement mal lu des tableaux, explique Cécile Chaudesaigues, secrétaire de l'association. On a décidé de prendre un spécialiste qui a repris les 3.600 pages des textes européens et de son application française, et on s'est rendu compte qu'il n'y avait rien à changer, l'arrêté était bon mais qu'on n'avait juste rien compris !".

"Le SNAT a fait TOUT le travail depuis 11 ans..."

Par ailleurs, le SNAT (syndicat national artistes tatoueurs), explique sur sa page Facebook que l'association Tatouage & Partage "tire encore la couverture en faisant un communiqué de presse auprès de l'Agence France Presse pour "se féliciter" d'avoir sauvé les couleurs.... QUEL DÉGOÛT ! Stéphane Chaudesaigues est le plus gros plagiaire de l'histoire du tatouage Français, nous en avons la nausée tellement ses techniques sont puantes... 
Le SNAT a fait TOUT le travail depuis 11 ans... Le communiqué qui a réveillé les médias est le nôtre, comme chacun peut le vérifier lui même sur le site de l'AFP...
Nous avons trouvé la faille et ils s'en félicitent.... C'EST HONTEUX! 
Mais comment peuvent ils se regarder dans un miroir ? 
Les faits, les écrits et les actions sont là, l'histoire jugera..."

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Salon du chiot à Besançon : la Ville “pas favorable à ce type d’événement”

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.71
couvert
le 01/03 à 18h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
68 %