Alerte Témoin

8 ans de réclusion pour le braqueur de la Poste Demangel

Publié le 09/02/2011 - 06:50
Mis à jour le 09/02/2011 - 06:50

Le verdict est tombé mardi soir aux assises du Doubs. Alors que l’avocat général réclamait 13 à 15 ans de prison à l‘encontre d’Éric Zurek qui était reparti avec 2100 euros après le braquage de la Poste Demangel le 4 octobre 2008, les jurés l’ont finalement condamné à 8 ans de réclusion. La défense a réussi à les convaincre, en partie, que le geste n’avait pas été prémédité.




Des victimes encore sous le choc. Une femme, cliente de la Poste, qui n’arrive plus à dormir depuis qu’elle a senti un revolver entre ses épaules. Un guichetier qui a préféré changer de fonction. Cette journée du 4 octobre 2008 a changé leur vie.

L’homme à la barre, 50 ans, nie la préméditation. Il dit avaloir eu l’idée du braquage lorsque, selon lui, il a vu une arme dans le sac qu’un ami avait oublié dans sa voiture. Une arme qui ne pouvait pas fonctionner. Il a agit ainsi parce qu’il n’arrivait plus à joindre les deux bouts. Alors, il est arrivé cagoulé dans l’agence postale et a raflé les 2 100 euros de la caisse.

Il avait été repéré grâce aux vidéos montrant que le braqueur n’avait plus son index à la main droite. Les billets volés avaient été retrouvé à son domicile.

Déjà 22 ans de prison

La passé du prévenu ne plaide pas en sa faveur. Eric Zurek a passé plus de 22 ans en prison pour plusieurs vols avec armes dont une avec tentative de meurtre. Il est incarcéré de 1985 à fin 2007. Eloquent à la barre, il réussit à convaincre les jurés de ne pas le condamner à plus de 10 ans de prison. « Ce serait la fin pour moi ! ». Les jurés le condamnent finalement à 8 ans de réclusion.

Le complice présumé du braquage à qui est censé appartenir l’arme est reparti libre après l’audience.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Dénonciations de « violences sexuelles » à l’ISBA :  victimes ou témoins appelés à se rendre au commissariat

Une enquête a été ouverte après que des élèves de l'école des Beaux-Arts de Besançon ont dénoncé des "violences sexuelles" sur une page Facebook intitulée "Balancetonecoledart". Etienne Manteaux, le procureur de Besançon invite "toute personnes qui aurait subi ou été témoin de faits de cette nature à venir en faire une déposition au commissariat."

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     7.57
    légère pluie
    le 26/09 à 21h00
    Vent
    2.14 m/s
    Pression
    1007 hPa
    Humidité
    96 %

    Sondage