A Belfort, les "Alsthommes" ont reçu "un coup de marteau" au visage

Publié le 08/09/2016 - 13:24
Mis à jour le 08/09/2016 - 13:25

Têtes baissées, encore abattus par l'annonce de l'arrêt de la production de trains d'ici à 2018, les salariés d'Alstom à Belfort accusaient mercredi un "coup de marteau en plein visage": des quelque 450 emplois, seuls 50 devraient être sauvés sur le site historique du TGV.

dsc_6381.jpg
© damien poirier
PUBLICITÉ

« On est né à Belfort, ça fait 26 ans qu’on est à l’Alstom, on y a fait toute notre +mini-carrière+. Et maintenant, c’est fini », lance, dépitée, une femme d’une quarantaine d’années. Comme elle, devant les grilles du constructeur au logo bleu roi, rares sont les salariés à accepter de donner leur nom. « Imaginez que vous prenez un coup de marteau en plein visage. Voilà comment les gens ont accueilli cette très mauvaise nouvelle. C’est ignoble », explique le délégué CGT du site, Pascal Novelin.

« Alstom c’est notre vie… »

Site historique, où fut construite la première motrice du TGV, l’usine Alstom de Belfort est un des poumons de ce bassin industriel coincé entre l’Alsace et la Suisse. « Voir disparaître un site d’origine comme ça, où tous les savoir-faire étaient présents, ça fait mal au coeur », murmure un homme de 46 ans, très ému. « Alstom c’est notre vie, c’est Belfort », abonde François, 58 ans. Depuis une petite année, il est employé par l’américain General Electric (GE), qui a racheté fin 2015 l’activité turbines et énergie du site. « Je pense aux collègues, j’ai un pincement au coeur. Je me mets à leur place et me dis que nous, à GE, on n’est sûr de rien ».

Pour le délégué CGT, ce n’est pas que de la crainte ou de la colère qui règne dans l’usine, mais de la « haine ». « On nous annonce froidement qu’on ferme notre usine dans deux ans. Comment voulez-vous qu’on réagisse autrement ? », demande-t-il. « Il y a quelques jours, la direction parlait du TGV du futur, et qu’est-ce-qu’ils font aujourd’hui ? Ils rasent l’usine. Qui va fabriquer le TGV du futur? C’est la seule usine en France qu’on a pour fabriquer le TGV ! ».

 « Belfort, c’est Alstom » 

Chez les sous-traitants, intégrés au site, l’inquiétude est aussi là. « Totalement abattu », Gaëtan, 31 ans, travaille pour Segula. « Ma famille est implantée dans le coin. Je pensais faire quelques années au sein d’Alstom encore pour être tranquille ». Mais mercredi, il a vu ses collègues d’Alstom « partir par vagues se faire annoncer la nouvelle par le directeur du site tout au long de l’après-midi ».

 « Après avoir bossé 40 ans, ça me fait mal »

Selon le député-maire (LR) de Belfort, Damien Meslot, 400 emplois directs et 400 indirects sont menacés. Venu devant l’usine, l’édile rappelle que « c’est ici que les premiers TGV ont été construits ». Expliquant avoir appris la nouvelle « par un simple coup de fil de la direction », M. Meslot s’étonne et estime que l’entreprise aurait « pu faire autrement ». « Le groupe se porte bien et on peut s’étonner qu’on ferme un site alors qu’Alstom gagne bien sa vie, qu’Alstom fait des bénéfices ». Pour le bassin, la perte des emplois serait une saignée, ajoute le maire. « Il y a une expression ici: Alstom c’est Belfort et Belfort c’est Alstom. Ca résume tout. Il y a des cités Alstom, des immeubles Alstom. Des milliers et des milliers de familles qui ont un retraité d’Alstom ».

Comme Daniel Toitot, 69 ans dont 40 à l’usine de Belfort. Il travaillait au « bureau des méthodes » en 1972, quand le premier TGV est sorti de l’usine. « A l’époque, c’était un fleuron, une fierté pour nous », explique-t-il, au téléphone. La fermeture ? « Après avoir bossé 40 ans, ça me fait mal. Dans les années 1980, on était 1.500. Aujourd’hui, plus de 400 personnes y travaillent encore. Ca fait mal »

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Dans le cadre des rencontres "Bienvenue dans mon entreprise" proposées par Coopilote, coopérative d'entrepreneurs salariés à Besançon, la micro-brasserie Les2FÛTS a ouvert ses portes pour découvrir et échanger autour de leur activité et de l’entrepreneuriat… L'occasion de faire un focus sur cette petite entreprise artisanale bisontine. 

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès « Mon 1er toit comtois », un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.11
couvert
le 20/10 à 12h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1006.05 hPa
Humidité
79 %

Sondage