Agression raciste à Dole : prison ferme requise en appel à l'encontre d'un septuagénaire

Publié le 08/10/2021 - 08:16
Mis à jour le 08/10/2021 - 08:16

L’avocat général a requis jeudi une peine de trois ans d’emprisonnement, dont deux ans avec sursis, devant la Cour d’appel de Besançon à l’encontre d’un automobiliste septuagénaire accusé d’avoir violemment percuté un père de famille qu’il avait traité de « sale bicot ». La Cour rendra sa décision le 18 novembre 2021.

Palais de justice Besançon © D poirier
Palais de justice Besançon © D poirier

Reconnu coupable en première instance de « violences volontaires avec arme et injures racistes », Bernard Demougeot, 72 ans, avait été condamné en juillet à cinq ans d’emprisonnement, dont deux ans avec sursis, par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Il avait fait appel.

"Ce dossier, c'est un homme raciste qui fonce sur un homme, maghrébin, pour au mieux le blesser, au pire le tuer", a plaidé Me Jérôme Pichoff, l'avocat de la victime, Adil Sefrioui, 42 ans.

Le 21 avril 2021 à Dole dans le Jura, les époux Sefrioui sont chez eux lorsqu'ils aperçoivent un homme qui semble prendre des photos de leurs enfants dans le jardin. Suspicieux, le couple cherche à obtenir des explications. Une altercation s'ensuit.

Mme Sefrioui filme une partie de la scène glaçante qu'elle diffusera ensuite sur les réseaux sociaux et qui a été visionnée lors du procès.

"Approche sale bicot, (...) tiens amène-toi devant la bagnole", lance le retraité qui remonte ensuite dans sa voiture et semble s'en aller.

Mais il fait demi-tour et fonce sur M. Sefrioui, projeté sur le capot alors que le véhicule s'arrête en défonçant la palissade du jardin de la famille où se trouvent les enfants.

"S'il n'est pas mort, s'est parce qu'il a eu le réflexe de sauter sur le capot", a souligné Me Pichoff.

Adil Sefrioui, se dit encore hanté par la scène : "l'impact, boum, les cris des petits... Moi je me suis envolé sur la voiture".

Pour l'avocat général, Emmanuel Vion, "M. Sefrioui a été blessé dans sa chair, il a subi plusieurs fractures des vertèbres et aurait pu être paralysé". "+Sale bicot+, c'est un mot que seuls les racistes structurels peuvent utiliser", a ensuite estimé le magistrat, pour qui "M. Demougeot est dans une dynamique de violences, dans un contexte détestable".

Le septuagénaire n'était pas présent à l'audience pour expliquer son geste. "Bernard Demougeot, homme âgé, a subi des insultes, il a été frappé, il s'est senti agressé et empêché de partir", a plaidé son avocat, Me Damien Varlet, appelant la Cour à "ne pas partir en croisade contre le racisme".

L'avocat général a également requis une amende avec sursis à l'encontre d'Adil Sefrioui pour des "violences légères" lors de l'altercation avec le retraité. Son avocat a demandé la relaxe.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Suisse : trois motards des Bandidos incarcérés

Un tribunal suisse a envoyé ce jeudi 30 juin 2022 en prison trois membres de la bande de motards des Bandidos pour des faits survenus lors d'un violent affrontement les opposant aux Hells Angels et leurs alliés les Broncos.
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 32.07
ciel dégagé
le 11/08 à 18h00
Vent
2.95 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
24 %

Sondage