Agressions sexuelles : l'Eglise catholique suisse commande une étude

Publié le 05/04/2022 - 09:05
Mis à jour le 05/04/2022 - 09:05

L'Eglise catholique suisse a annoncé, ce lundi 4 avril 2022, avoir commandé une étude indépendante universitaire pour faire la lumière sur les agressions sexuelles commises en son sein depuis le milieu du 20e siècle et "tirer les leçons" du passé.

 © Marko Milivojevic Licence: /Libre d'utilisation CC0
© Marko Milivojevic Licence: /Libre d'utilisation CC0

Lors d'une conférence de presse lundi, la Conférence des évêques suisses, la Conférence centrale catholique romaine de Suisse, ainsi que la Conférence des unions des ordres et des autres communautés de vie consacrée en Suisse, ont indiqué avoir confié à l'université de Zurich le mandat d'étudier ces agressions.

"Il est nécessaire de mettre en lumière les crimes du passé commis au sein de l'Église catholique romaine. Il faut en tirer les leçons et tout mettre en oeuvre pour qu'aucune injustice ne puisse plus se produire", a indiqué Mgr Joseph Maria Bonnemain, évêque de Coire et responsable à la Conférence des évêques suisses de la Commission d'experts intitulée "Abus sexuels dans le contexte ecclésial".

"Les instances dirigeantes ont le devoir de tirer les leçons du passé et de tout mettre en oeuvre pour que les personnes soient suffisamment protégées dans leur dignité et leur intégrité sexuelle", a-t-il souligné, dans son discours mis en ligne.

Afin que le projet puisse être mis en oeuvre, l'Eglise entend garantir à l'équipe de projet "un libre accès aux dossiers et aux archives". Leurs conclusions sont attendues à l'automne 2023.

Le rapport devra préciser dans quelle mesure les institutions de l'Église catholique auront soutenu l'équipe de recherche dans la collecte d'informations et l'accès aux archives, aux dossiers et aux témoins. Ce projet d'une année "pose les bases pour des futurs projets de recherche sur l'histoire des violences sexuelles commises en Suisse par des membres du clergé catholique, des employés de l'Église et les religieux depuis le milieu du 20ème siècle", est-il indiqué sur le site en ligne présentant les objectifs de l'étude historique.

"L'accent est mis sur les structures qui ont permis les abus sexuels de mineurs et d'adultes et qui ont rendu difficiles leur mise à jour et leur sanction", est-il précisé.

Aucune personne anonymisée

Les personnes publiques telles que les évêques, leurs auxiliaires et les abbés ainsi que les titulaires de postes de direction ecclésiastique ne seront pas anonymisés.

"L'étude (...) et ses résultats devraient poser les jalons pour une Église catholique romaine libérée de la peur", a souligné Mgr Joseph Maria Bonnemain. "Cela présuppose que l'Église devienne une organisation apprenante, prête à reconnaître ses propres erreurs et à modifier les structures existantes qui ont permis ou favorisé les crimes et leur dissimulation", a-t-il relevé.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Société

Plus de 700 personnes présentes pour la marche militante contre l’homophobie et la transphobie à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui s'est déroulée ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.

Nutri-score D et E : « Gare aux fausses interprétations ! » alerte l’UFC Que Choisir

L'UFC Que choisir organise ce mois de mai 2022 une campagne de communication en faveur du Nutri-score, étiquetage affichant la qualité nutritionnelle des produits alimentaires. L’association met en garde sur les mauvaises interprétations, notamment sur les aliments traditionnels de Bourgogne-Franche-Comté.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.73
légère pluie
le 24/05 à 9h00
Vent
4.83 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
100 %

Sondage