Aides à la viticulture : la Bourgogne profondément déçue

Publié le 12/05/2020 - 14:16
Mis à jour le 12/05/2020 - 16:47

Les viticulteurs bourguignons ont fait part de leur déception, ce mardi 12 mai 2020, après l'annonce du plan d'aide à la viticulture française destiné à remédier à la crise due au coronavirus et aux taxes Trump.

©jill111 via pixabay ©
©jill111 via pixabay ©

"On n'est pas content", résume Thiébault Huber, président de la CAVB qui regroupe les déclarants de récolte et les syndicats d'appellation d'origine contrôlée (AOC) ou d'indication géographique protégée (IGP) de Bourgogne reconnus organismes de défense et de gestion (ODG).

Le plan d'aide annoncé lundi 11 mai par le gouvernement prévoit des exonérations à 100% des cotisations sociales et charges sociales patronales (pour un budget de 100 millions d'euros) ainsi que l'ouverture d'une distillation de crise de 2 millions d'hectolitres de vins excédentaires à un prix moyen de 70 euros/hl (soit 140 millions d'euros).

La filière viticole française avait demandé la semaine dernière une aide de 500 millions d'euros, après la chute de consommation due aux fermetures des cafés et restaurants et à la baisse des exportations vers les États-Unis due à l'imposition en octobre de taxes par l'administration Trump. Les viticulteurs réclamaient en particulier des distillations de 3 millions hl avec des subventions de 80 eur/hl pour les AOP et IGP, afin d'écouler les volumes excédentaires.

"On met des milliards d'euros dans Air France ou Airbus mais on n'aide pas une filière en danger"

Mais la distillation n'était pas demandée par la Bourgogne qui préfère conserver ses vins pour les années à venir. "Nous, nous ne sommes pas concernés par la distillation", explique M. Huber qui se dit à l'AFP "très remonté".  Ces mesures de distillation "vont siphonner le plan national d'aide" dont la Bourgogne a le plus grand besoin, estime M. Huber, par ailleurs vigneron à Volnay (Côte-d'Or).

"La distillation, ce n'est pas pour nous", renchérit Louis-Fabrice Latour, président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), pour qui
les mesures annoncées lundi sont quand même "un premier pas même s'il est insuffisant". "En Bourgogne, on n'a pas de surproduction. On n'a que deux ans
de stock. Donc on ne distille pas", explique-t-il.

"Nous, ce qu'on voudrait, c'est qu'on nous aide à exporter", ajoute M. Latour, indiquant que, au premier trimestre, les exportations de vins de Bourgogne ont chuté de 8,7% en valeur. Plus de la moitié (56%) des vins de Bourgogne sont exportés, le premier marché étant les États-Unis (20% des exportations totales). M. Latour regrette tout particulièrement que le fonds de compensation européen, destiné à indemniser la filière viticole à hauteur de 250 millions d'euros pour l'impact de la taxe Trump, reste au point mort. "La France pourrait déjà faire un geste. Aider à la distillation, ce n'est pas la même chose qu'aider les exportateurs aux USA", juge-t-il.

Le plan annoncé lundi soir "est uniquement centré sur l'amont". "Il n'y a rien sur l'aval, sur la promotion des vins, l'aide à l'exportation ou aux restaurateurs, nos clients", regrette M. Latour, qui se félicite cependant des exonérations de cotisations sociales."Elles sont estimées à 100 millions alors qu'on les voulait à 400 millions", regrette cependant M. Huber. "On met des milliards d'euros dans Air France ou Airbus mais on n'aide pas une filière en danger", ajoute le responsable de la CAVB.

La Bourgogne, forte de 3.659 domaines, représente 4% du vignoble français mais près de 9% du chiffre d'affaires des AOC françaises et 20% de leurs exportations.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Coronavirus en Suisse : présence du variant anglais et quarantaine pour les voyageurs du Sud de la France

281 personnes ont contracté le variant britannique B1.1.7 selon l'Office fédéral de la santé publique. Trois foyers ont été détectés dans le canton du Jura.  La Suisse a par ailleurs décidé d'imposer à compter du 1er février 2021 une quarantaine pour les voyageurs en provenance de 15 nouvelles régions (PACA pour la France)  ou pays comme le Portugal ou Israël.

« Mise en difficulté par la crise sanitaire, la culture ne doit pas devenir l’enjeu de polémiques stériles » selon Marie-Guite Dufay

Interpellée sur les lieux culturels par François Sauvadet, président du département de la Côte-d'Or et président de l'opposition de droite à la Région, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay, lui répond dans un communiqué ce mercredi 20 janvier.

Covid-19: vers une hausse des hospitalisations en réanimation

Le nombre de personnes malades du Covid-19 hospitalisées en réanimation a continué de grimper mardi, à 2.829 contre 2.803 la veille, selon les chiffres de Santé publique France. En Bourgogne-Franche-Comté, on dénombre 180 patients en réanimation pour cause de Covid-19, un niveau qui ne bouge pas depuis le début d'année. 90% des lits de réanimation occupés par des patients Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté contre 55% en moyenne en France.

Stations de ski, culture : vers un prolongement des fermetures…

Le 20 janvier 2021. C'est demain. Une date butoir pour les professionnels de la montagne, mais aussi ceux du monde culturel dans l'attente de nouvelles annonces. Mais tout porte à croire que la date de reprise devrait être à nouveau repoussée alors que les vacances d'hiver démarrent le 7 février…

Un mois d’attente pour se faire vacciner dans plusieurs centres de vaccination du Doubs

Les centres de vaccination de Besançon, Pontarlier et Audincourt ne disposent plus de créneaux de rendez-vous pour les quatre semaines à venir indique la préfecture du Doubs qui invite les citoyens "à patienter sereinement" et à ne pas solliciter les centres de vaccination éloignés de leur lieu de résidence.

Economie

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Appel à projets : recyclage du foncier des friches en Bourgogne Franche-Comté

Avec un fonds friche doté de 300M€, le Plan de relance donne l’opportunité d’accompagner les territoires sur le recyclage foncier des espaces artificialisés. 7,4 M€ sont mobilisables en Bourgogne Franche-Comté, sur les deux années à venir, et donneront lieu à deux éditions d’appel à projets. Les dossiers de demande de subventions sont à déposer au plus tard le lundi 15 mars 2021 minuit.

Conjoncture du mois de décembre 2020 : « des prévisions prudentes »

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de décembre 2020. La production industrielle progresse en fin d'année. Les carnets s’étoffent mais demeurent insuffisants. Une baisse est attendue. Les services enregistrent une faible hausse d’activité, à l’exception de la restauration, lourdement affectée par le reconfinement. Les prévisions sont prudentes.

 

Endettement des entreprises : comment les aider ?

En Bourgogne Franche-Comté, près de 20 000 entreprises ont bénéficié d’un PGE (Prêt Garanti par l’Etat). Emprunt qu'il faudra bien rembourser. Alors que l’activité tourne encore au ralenti dans plusieurs secteurs, la Banque Populaire BFC tente d’aider au mieux ces entreprises et leurs prêts avec sa « BOX PGE »…
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.67
légère pluie
le 22/01 à 9h00
Vent
2.93 m/s
Pression
995 hPa
Humidité
53 %

Sondage