Amazon se rapproche de Stellantis : "Que restera-t-il de Stellantis ?" se demande Christophe Grudler

Publié le 17/01/2022 - 10:47
Mis à jour le 17/01/2022 - 10:10

Stellantis a annoncé le 5 janvier dernier vouloir « déployer la technologie et l’expertise software d’Amazon » dans ses véhicules, « améliorer l’expérience globale de nos clients, grâce à l’intelligence artificielle et au cloud computing » d’Amazon, ou encore intégrer la commande vocale d’Amazon « Alexa » pour interagir avec le véhicule. Christophe Grudler, député européen et vice-coordinateur Renew Europe pour la Commission Industrie, Recherche et Énergie (ITRE) craint que Stellantis devienne « un sous-traitant d’Amazon » et qu’elle ne récupère qu’une « petite partie de la valeur ajoutée », dans un communiqué du 14 janvier.

 © Groupe PSA, Direction de la communication
© Groupe PSA, Direction de la communication

Dans leur communique commun,  Amazon et Stellantis, ont annoncé une série d’accords globaux pluriannuels visant à "transformer l’expérience à bord des véhicules pour des millions de clients Stellantis" et à "accélérer la transition du secteur vers des solutions de mobilité durables et un futur soutenu par des logiciels".

Le député européen se demande : "Que va-t-il rester à Stellantis, si une grande partie du logiciel et des données seront exploitées par Amazon, géant du numérique toujours plus assoiffé de données ? Il ne restera plus qu’une petite partie de la valeur ajoutée, celle du véhicule physique, qui va avoir tendance à diminuer avec le temps, le logiciel et les données prenant toujours plus d’importance."

Pour Christophe Grudler, Stellantis risque de devenir "presque un sous-traitant d’Amazon, ce dernier récoltant toujours plus de précieuses données sur les utilisateurs, notamment européens, avec un transfert aux États-Unis." Il indique à ce propos que la FIA et l’Automobile Club Association ont récemment publié une étude, qui rappelle que "85% des consommateurs pensent n’avoir aucun contrôle sur les données de leurs véhicules."

À la vue de tous ces éléments, le député souhaite que les dirigeants de Stellantis donnent "plus de détails sur le contenu exact de ce partenariat". En particulier :

  • Les données des véhicules resteront-elles chez Stellantis, ou seront-elles systématiquement partagées avec Amazon ?
  • Quelles garanties pour la protection de la vie privée des utilisateurs européens, et de leurs données ?
  • Stellantis a-t-il une vision stratégique pour développer ses propres logiciels et le traitement des données, mais aussi pour que les données des Européens soient bien stockées en Europe ?

"Si les constructeurs européens ratent cette nouvelle vague du numérique, celle du développement des données dans l’industrie, alors c’est notre souveraineté européenne qui en pâtira, tout comme nos emplois", conclut Christophe Grudler.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Hausse des tarifs des autoroutes : risque d’un report massif du trafic des autoroutes vers les routes nationales

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.29
couvert
le 03/02 à 3h00
Vent
1.19 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
89 %