Art en grève : "Sans un vrai statut, plus de statue..."

Publié le 20/02/2020 - 10:01
Mis à jour le 20/02/2020 - 10:01

Les créateurs se sentent délaissés par les pouvoirs publics. Pour se faire entendre, un groupe du collectif Art en Grève Besançon a décidé dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 février 2020 de « mettre en grève » une douzaine de statues du centre-ville de Besançon en leur plaçant un sac sur la tête…

Les statues de Besançon se sont réveillés vendredi matin avec un sac jaune sur la tête surlequel est inscrit "Art en Grève". L'objectif, pour le collectif Art en Grève, est d'alerter sur "l'urgence de prendre des dispositions concrètes pour que les travailleurs de l'art pour qu'ils sortent enfin de l'angle mort des politiques culturelles et sociales.Sans travailleurs de l'art, il n'y aura plus ni art, ni culture. Sans un vrai statut, plus de statue..."

"L’art et la culture sont essentiels à la formation de l’humain et relève de l’intérêt public".

Les créateurs portaient de nombreux espoirs sur le récent rapport Racine commandé par le ministère de la culture faisant état selon eux d'une "dégradation ancienne et grandissante de (leurs) conditions de vie et de travail."

"Désastre socioprofessionnel" du secteur de l'Art

"Celles et ceux qui passent de la précarité à la pauvreté sont de plus en plus nombreux...." déplore le collectif.  "Constat aggravé entre autres par le scandale de l’Agessa qui laisse plus de 190.000 artistes-auteurs privés de la pension retraite pour laquelle ils pensaient avoir cotisé ces quarante dernières années..."

"Art en Grève Besançon" estime que le gouvernement n'a pas pris la mesure du rapport Racine et qu'il entend "ne pas se substituer aux acteurs du secteur". Selon eux, les pouvoirs publics feignent d’ignorer le problème après les annonces mardi 18 février 2020 de Franck Riester, le ministre de la Culture.

Info +

Le mouvement contre la réforme des retraites commence à emmener dans son sillage le secteur de l’Art. Pêle-mêle, le collectif dresse la liste des problématiques des métiers de l'Art qui sont "le quotidien de celles et ceux qui travaillent pourtant à construire le terreau culturel d’aujourd’hui et de demain".

  • Statuts inadaptés dépendants d’un cadre juridique,
  • social et fiscal nébuleux,
  • accès à la protection sociale complexe et quasi inexistant,
  • revenus sous le seuil de pauvreté,
  • non-reconnaissance du travail conduisant à un flicage administratif,
  • méconnaissance du statut par les institutions.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Bernard Minier, président d’honneur du prochain festival Livres dans la Boucle

Le Grand Besançon Métropole a dévoilé lors d’une conférence de presse ce mardi 23 avril 2024 à Besançon, les nouveautés et le nom du président d’honneur de la 9e édition de Livres dans la Boucle qui aura lieu du 20 au 22 septembre à Besançon. Parmi les principales nouveautés, on notera le déménagement de la Grande libraire sur le site de Chamar.

2e édition du BESAK Metal Fest : ”Le métal est bien vivant !”

Pour sa deuxième édition, le Besak Metal Fest fait son retour à la Rodia le 8 mai 2024 à partir de 20h. Cette soirée sera encore une fois marquée par une forte empreinte locale, avec deux groupes ”régionaux” émergents, Swarmaggedon et JE, suivis de Death Decline (Dijon) et de Mortuary (Nancy). L’objectif de ce festival est de donner de la visibilité à des groupes régionaux de niveau professionnel et de bénéficier de la présence de deux groupes à la renommée nationale. 

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.53
légère pluie
le 25/04 à 9h00
Vent
1.77 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
88 %