Procès Zepeda : la défense tente d'ouvrir d'autres pistes

Publié le 05/12/2023 - 16:27
Mis à jour le 05/12/2023 - 16:25

"Comme dans les films": au deuxième jour du procès en appel du Chilien Nicolas Zepeda, accusé d'avoir assassiné à Besançon en 2016 son ex-petite amie Narumi Kurosaki, ses avocats ont révélé mardi 5 décembre 2023 des échanges "troublants" entre deux autres étudiants au moment de la disparition de la Japonaise.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Shintaro Obata était interrogé par la cour d'assises de Vesoul (est de la France) en qualité de témoin, en visioconférence depuis le Japon. A l'époque, il était le voisin de chambre de Narumi Kurosaki, le premier à s'inquiéter de son absence prolongée. Les débats ont longuement porté sur les cris entendus la nuit qui a suivi la dernière apparition publique de la jeune femme, après qu'elle était rentrée dans sa résidence universitaire avec Nicolas Zepeda.

"Je me souviens d'un énorme cri, mais en provenance d'un endroit assez éloigné, tard dans la nuit. Il s'agissait d'un cri féminin", explique Shintaro Obata. Aux enquêteurs, il avait parlé d'un cri provenant "du bout du couloir", ou "du rez-de-chaussée", alors que Narumi Kurosaki et lui résidaient à l'étage.

Ces déclarations ne coïncident pas tout à fait avec la thèse portée par l'accusation, pour qui les cris sont ceux de Narumi Kurosaki tuée dans sa chambre par Nicolas Zepeda, juste derrière la cloison de Shintaro Obata. Le témoin est donc questionné à plusieurs reprises par l'avocat général, Etienne Manteaux, sur la précision de ses perceptions et de ses souvenirs.

"Je ne peux ni infirmer ni confirmer si ça venait de la chambre d'à côté ou d'un endroit éloigné", conclut Shintaro Obata.

"C'est rigolo"

Mais ce n'est pas cet aspect que soulèvent les avocats du Chilien, Renaud Portejoie et Sylvain Cormier. Interrogeant le témoin, Me Cormier revient sur un échange "troublant" de SMS entre Shintaro Obata et Arthur Del Piccolo, le petit ami français de Narumi Kurosaki au moment de sa disparition.

Alors que Shintaro Obata s'inquiète de ne plus voir son amie, Arthur Del Piccolo semble vivre cette absence avec détachement, malgré sa relation d'intimité avec la jeune femme. "Je trouve que c'est rigolo en fait. On dirait qu'elle a des trucs à cacher. J'aimerais bien qu'il y ait quelque chose, comme dans les films et tout", écrit alors le Français.

Mais quand l'étudiant japonais entreprend de rédiger une note pour alerter les autorités de la disparition de Narumi Kurosaki, il se fait sermonner par Arthur Del Piccolo, qui s'inquiète de savoir si le texte a déjà été présenté. "Je sais que tu veux aider, mais ça pourrait avoir un impact négatif. Je suis dur, mais tu ne dois pas faire ça", écrit-il.

"Pour une raison ou une autre, il était de mauvaise humeur quant au contenu de ce que j'avais écrit", se souvient Shintaro Obata. Une autre note sera finalement transmise aux autorités, mais "Arthur en était le rédacteur principal", précise-t-il. "Soyons précis", reprend alors Sylvain Cormier. "Arthur ne s'est pas soucié de la disparition de Narumi, mais quand il faut rédiger une note, c’est lui qui veut le faire", s'étonne-t-il. Arthur Del Piccolo, qui s'est constitué partie civile, doit être entendu le 12 décembre par la cour.

Harcèlement en ligne

Trois autres étudiantes japonaises témoignent. Elles évoquent le "harcèlement" exercé par Nicolas Zepeda sur Narumi Kurosaki après leur rupture, survenue au début de l'automne 2016. "Elle avait des problèmes avec son ex-copain et avait du mal à se libérer (...) Il la surveillait", indique Kaori Nishida, qui connaissait la victime sans être "une amie proche".

Le jeune Chilien "s'introduisait dans le compte Facebook de Narumi, pour effacer des contacts masculins", témoigne une autre amie, Miharu Kimura. Selon les enquêteurs, grâce à cet accès aux réseaux sociaux de la victime, Nicolas Zepeda avait envoyé des messages depuis le compte de celle-ci, après sa disparition, pour retarder l'ouverture d'une enquête et quitter la France.

A l'époque, Kaori Nishida s'était interrogée sur une éventuelle responsabilité d'Arthur Del Piccolo, avant de changer d'avis. "Je l'ai vu dans sa chambre pleurer, je l'ai trouvé sincère", précise-t-elle.

En première instance, Nicolas Zepeda a été condamné à 28 ans de prison.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.62
couvert
le 02/03 à 18h00
Vent
0.6 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
62 %