Assises du Haut-Rhin: 25 ans de réclusion pour un incendie criminel qui avait fait six morts

Publié le 05/02/2021 - 08:45
Mis à jour le 05/02/2021 - 08:45

Un homme de 31 ans a été condamné jeudi  4 février 2021 par les assises du Haut-Rhin à 25 ans de réclusion criminelle pour avoir volontairement déclenché en 2017 dans un immeuble de Mulhouse un incendie qui avait fait six morts dont quatre enfants.

Les jurés ont également prononcé une peine de sûreté des deux tiers à l'encontre d'Aurélien Roellinger, qui avait reconnu être l'auteur de l'incendie survenu dans la nuit du 1er au 2 octobre 2017 dans le quartier populaire de Bourtzwiller.

Ce père de deux enfants, qui avait en revanche nié toute préméditation et intention homicide, est resté impassible à l'énoncé du verdict, rendu après environ trois heures de délibéré.

Il est inférieur aux réquisitions prononcées dans la matinée par l'avocate générale : Sandra Di Rosa avait réclamé 30 ans de réclusion assortis d'une peine de sûreté de 20 ans.

L'incendie s'était déclaré dans le sous-sol de l'immeuble de quatre étages, avant que les fumées toxiques n'envahissent la cage d'escalier. Six personnes avaient péri, dont quatre enfants âgés de 6 à 11 ans. Huit autres avaient été blessées, dont deux grièvement brûlées.

M. Roellinger, qui habitait l'immeuble, avait été rapidement interpellé. Après avoir d'abord reconnu avoir jeté un mégot dans une poussette au sous-sol, il avait avoué pendant l'instruction avoir mis le feu avec son briquet à des prospectus qui se trouvaient dans la poussette.

Il "veut nous faire croire à un coup de tête. Non : il a agi de façon réfléchie, volontaire", a estimé Sandra Di Rosa, selon laquelle l'accusé, revenu vivre à contre-coeur à Bourtzwiller après une séparation, nourrissait de la "rancoeur vis-à-vis de cet immeuble (...) pas digne de lui" et n'avait que "mépris et dédain pour ses habitants".

"Il a attendu le moment opportun pour mettre le feu" et connaissait "les conséquences dramatiques" de son acte, a poursuivi la magistrate.

Selon elle, M. Roellinger a voulu "nuire aux habitants, les punir de laisser traîner des objets" dans les parties communes : "il savait que cela allait flamber et il savait les conséquences dramatiques". En conséquence, "il doit être puni à la hauteur de la gravité des faits et de ses conséquences", a-t-elle lancé aux jurés.

Il a mis le feu mais "sans préméditation, sans préparation (...) Détruire volontairement, oui. Vouloir donner la mort, non", a plaidé son avocat, Me Samir Ayari, invoquant un acte mû par une "impulsivité irréfléchie".

Et lorsque son client frappe aux portes des voisins une fois le feu déclenché, c'est pour les avertir et leur porter secours, en somme "rattraper quelque chose qui le dépassait", a insisté Me Ayari, opposé à la thèse selon laquelle l'accusé a "attiré les habitants" vers le feu et les fumées "de façon volontaire".

Évoquant les nuits de son client désormais "hantées par le spectre de la culpabilité", il a été entendu par les jurés auxquels il avait demandé une peine moins lourde que les réquisitions.

Très peu prolixe depuis l'ouverture des débats lundi, l'accusé a toutefois présenté ses excuses aux parties civiles pendant le procès : "j'aimerais réitérer mes sincères condoléances, même si vous ne les accepterez pas, et mes excuses. Ce que j'ai fait est horrible".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Suisse : trois motards des Bandidos incarcérés

Un tribunal suisse a envoyé ce jeudi 30 juin 2022 en prison trois membres de la bande de motards des Bandidos pour des faits survenus lors d'un violent affrontement les opposant aux Hells Angels et leurs alliés les Broncos.
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.21
peu nuageux
le 13/08 à 21h00
Vent
2.41 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
41 %

Sondage