Assurance emprunteur : un amendement pour mettre fin au monopole des banques

Publié le 09/02/2017 - 13:40
Mis à jour le 09/02/2017 - 15:56

Le Sénat s’est prononcé hier, 8 février 2017, en faveur de l’amendement présenté par le sénateur du Doubs, Martial Bourquin. Détenteur d'un prêt immobilier, vous pourrez désormais faire jouer la concurrence et changer d’assurance emprunteur tous les ans. Une mesure qui, selon Martial Bourquin, redonnera du pouvoir d’achat aux ménages, "entre 500 et 700 euros par an sur des contrats dont la durée peut aller jusqu'à 25 ans".

1-dsc_5904.jpg
©

Après un vote à l’unanimité en commission, puis un vote favorable à l’Assemblée nationale le 26 janvier dernier, le Sénat s’est prononcé hier, 8 février 2017, en faveur de l’amendement présenté par le sénateur du Doubs, Martial Bourquin. Ce dernier dénonce le quasi-monopole des banques dans le secteur de l’assurance emprunteur, leur permettant de réaliser des marges de 50 % en moyenne. Désormais, il sera possible de résilier cette assurance contractée auprès de la banque et de trouver moins cher ailleurs. 

Jusqu’ici, il n’était possible de changer d’assurance qu’au cours des 12 premiers mois suivants la signature du prêt. Dès la publication de la loi au Journal officiel, les nouveaux détenteurs d’un crédit immobilier pourront faire jouer la concurrence chaque année, comme n’importe quelle autre assurance, à condition que les garanties proposées par la nouvelle assurance soient au moins équivalentes à celle d’origine (souvent l’assurance groupe de la banque). À compter du 1er janvier 2018, cette possibilité de résiliation à chaque date anniversaire sera aussi applicable à tous les contrats en cours. 

"Les jeunes ménages et les personnes seules sont les plus pénalisés"

Selon Martial Bourquin, cette mesure permettra de redonner du pouvoir d'achat aux ménages, "entre 500 et 700 euros par an sur des contrats dont la durée peut aller jusqu'à 25 ans. Il apparait que sur 100 euros de prime d’assurance versés par le consommateur, 50 en moyenne constituent des commissions et ne rémunèrent pas le risque. Les jeunes ménages et les personnes seules sont les plus pénalisés."

Devant le Sénat, Martial Bourquin, rapporteur du projet de loi ratifiant les ordonnances relatives à la consommation, a dénoncé une rente de situation pour les banques à travers l’assurance emprunteur : "Nous avons remarqué que les banques sont en situation de quasi-monopole dans le secteur de l’assurance emprunteur, ce qui leur permet de dégager des marges extravagantes : 50 % en moyenne alors que les autres types d’assurance ont des marges inférieures à 10 %. La situation de monopole des établissements financiers prêteurs n’a donc aucune justification économique ou sociale."

Le sénateur rappelle que le nombre de ces contrats est estimé à 8 millions en France, pour un montant cumulé de 6 milliards de primes, dont près de 3 milliards correspondraient aux marges réalisées par les établissements bancaires.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’ancien président Valéry Giscard d’Estaing est mort du Covid-19

+ Réactions politiques •

Le troisième président de la Ve République Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981), qui modernisa dans les années 70 la vie politique avant de voir son mandat fracassé par la crise économique, est mort mercredi 2 décembre 2020 dans la soirée du Covid-19, entouré des siens dans sa propriété d'Authon dans le Loir-et-Cher, à l'âge de 94 ans.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.12
légère pluie
le 04/12 à 6h00
Vent
3.5 m/s
Pression
988 hPa
Humidité
95 %

Sondage