Tarifs en hausse, dérèglementation du secteur de l'énergie... Les salariés d'EDF ne décolèrent pas

Publié le 18/02/2016 - 16:38
Mis à jour le 19/02/2016 - 10:58

Suite à un appel national, plus d'une centaine de salariés d'EDF ont manifesté devant la permanence du député du Doubs Eric Alauzet ce jeudi 18 février 2016 à Besançon notamment contre la suppression de 4 500 emplois d'ici 2018 en France ainsi que la déréglementation du secteur de l'énergie. 

PUBLICITÉ

Cinq députés du Doubs (Dole, Lons-le-Saunier, Pontarlier, Saint-Claude et Besançon) ont eu droit ce jeudi matin a une mobilisation de salariés d’EDF pour dénoncer les plans sociaux de l’entreprise, tenter de communiquer leurs demandes, revendications pour qu’à leur tour, ils puissent faire passer leur message à l’Assemblée nationale. 

Ils étaient 150 salariés ce matin à la permanence du député écologiste à Besançon. 

« La déréglementation du secteur de l’énergie en France depuis 15 ans demandée par l’Europe et appliquée avec zèle par nos gouvernements successifs a eu des conséquences multiples » a déclaré Jean-Christophe Jacottot, secrétaire général CGT Energie Franche-Comté devant Eric Alauzet. 

Les salariés dénoncent notamment :

  • « l’augmentation importante des tarifs de l’énergie (+60% pour le gaz et environ +40% pour l’électricité) nuisant gravement à la trésorerie des entreprises, notamment les TPE, PME-PMI, leur capacité d’investissement et création d’emploi pour lutter contre le chômage ».
  • « La suppression de la totalité des accueils physiques d’ENGIE (ex GDF Suez) et baisse drastique du nombre d’accueil physique pour EDF. »
  • « La baisse des investissements sur le réseau et amoindrissement du service rendu aux usagés ». 

Jean-Christophe Jacottot évoque également la ponction de plus 20 milliards de dividendes sur les comptes d’EDF et ENGIE en moins de 10 ans : « On ne peut pas savoir ça sans réagir ! » nous confie-t-il. 

« Une aberration totale » chez les salariés vient également de l’ouverture à la concurrence dans les concessions hydrauliques. « La France est un des seuls pays à suivre cette directive européenne et EDF ne pourrait pas participer à cette mise en concurrence ». Une mise en demeure de l’Europe interdirait à EDF de reprendre ?les concessions des barrages hydrauliques selon une information datant d’octobre 2015.

Un rendez-vous devrait être organisé entre le député écologiste et une délégation ces prochaines semaines. « Il a entendu, pris note, nous lui avons remis notre déclaration, il semble intéressé » conclut le secrétaire de la CGT.

Lire la déclaration des salariés à Eric Alauzet ci-dessous :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès «?Mon 1er toit comtois?», un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.22
partiellement nuageux
le 16/10 à 15h00
Vent
2.873 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
61 %

Sondage