Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

Publié le 26/05/2020 - 08:44
Mis à jour le 25/05/2020 - 16:08

C’est l’idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d’évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

Lucas Chartier et Clément Ducret ©DR ©
Lucas Chartier et Clément Ducret ©DR ©

L'idée d'une salle de défoulement est de pouvoir détruire des choses avec une batte de baseball, une pelle, un pied-de-biche... que l'on n’a pas l'habitude de casser telle que de la vaisselle, du matériel informatique, du joli mobilier, etc. mis en scène dans une salle sans défaut, où rien de dépasse. Et pour épicer le tout, cette séance de défoulement se déroule sur une musique dite "violente" pour les moins amateurs, comme le death metal ou le grindcore.

Bien sûr, cet exutoire a un prix : selon les types de salles, une séance peut coûter entre 10 et 100€.

Selon de nombreux psychologues, passer ses nerfs en cassant tout "peut faire du bien", car "au niveau psychique ça libère, ça permet de pouvoir exprimer une colère ou un refoulement sans faire de mal à personne." Ainsi, l'effet cocotte-minute de nos quotidiens peut exploser !

Comment vous est venue cette idée d'ouvrir ce type de lieu à Besançon ? Pensez-vous que ce concept séduirait les Bisontines et les Bisontins ?

"L'idée d'une salle de défoulement nous a paru être une réponse à un stress présent dans la société actuelle", nous explique Lucas Chartier. "En effet, le coût du stress est estimé entre 2 et 3 milliards d'euros (selon l'INRS ) et toucherait 4 salariés sur 10 et serait la cause de 75% à 90% des consultations médicales aux USA. De plus, l'originalité du concept et sa faible présence dans l'Hexagone (bien que de plus en plus d'entreprises de ce genre voient le jour partout en France excepté en Bourgogne Franche-Comté) viennent appuyer la viabilité de notre projet. Pour finir, les réponses déjà récoltées auprès de presque 200 sondés soutiennent que ce projet pourrait être une réussite".

  • Pour répondre au questionnaire et donner un coup de pouce aux deux entrepreneurs bisontins : docs.google.com/forms
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.31
légère pluie
le 20/04 à 0h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %