Auxerre : six mois avec sursis pour une élue municipale

Publié le 06/04/2023 - 11:11
Mis à jour le 06/04/2023 - 10:47

L'élue auxerroise d'opposition Farah Ziani (sans étiquette) a été relaxée, mercredi, du chef de blanchiment de trafic de stupéfiant mais condamnée à six mois de prison avec sursis pour "non  justification de ressources par une personne en relation" avec un trafiquant de drogue.

Le tribunal correctionnel d'Auxerre a de plus condamné Mme Ziani à deux ans d'inéligibilité, également pour non justification de ressources par une personne en relation avec l'auteur d'un trafic de stupéfiants. "Mme Ziani a profité du trafic de stupéfiant. Elle dit qu'elle veut continuer dans la vie publique. Je pense qu'une pause est nécessaire", a estimé l'accusation, représentée par la substitute Anaëlle Jaccard, requérant contre l'élue quatre ans de prison, dont deux ans avec un sursis probatoire, et cinq ans d'inéligibilité. L'avocate de la prévenue, Gaëlle Dumont, avait qualifié cette peine demandée de "délirante".

Mardi, lors du premier jour de son procès, Mme Ziani avait nié toute participation à un trafic de stupéfiant. "Je ne reconnais aucune des infractions qui me sont reprochées", avait indiqué l'élue à la barre. Concernant deux chèques de plusieurs milliers d'euros qu'elle était accusée d’avoir encaissés, Mme Ziani avait affirmé "que cela concernait une vente de meubles et d'un quad, en aucun cas d'un trafic de stupéfiants". 

Condamnée en 2022 pour une affaire d'escroquerie

Le 10 mars 2022, Mme Ziani avait été condamnée dans le cadre d'une affaire d'escroquerie par le tribunal correctionnel d'Auxerre à quatre mois de prison avec sursis et une peine d'inéligibilité de cinq ans. L'élue, qui était accusée d'avoir dérobé 10.000 euros à une cliente, en octobre 2020, à l'époque où elle exerçait dans une agence immobilière, a fait appel en dénonçant "une accusation sans fondement", ce qui a suspendu sa peine.

Agée de 42 ans, Mme Ziani a été exclue de son groupe d'opposition "L'assurance d'une transition sereine", une formation réunissant écologistes, socialistes et marcheurs face au maire LR d'Auxerre, Crescent Marault.

Le compagnon accusé d'être un "grossiste"

Également prévenu, le compagnon de Mme Ziani, Jérémy C., a été mercredi condamné à six ans d'emprisonnement, et cinq ans d'interdiction de paraître dans l'Yonne. Huit ans de prison avaient été requis à son encontre. Il était accusé d'être un "grossiste" du trafic de drogue, selon le mot de son avocate Helena Viana, qui avait réfuté cette accusation, assurant que cela concernait "des véhicules, mais pas des stupéfiants".

Dans cette affaire de trafic de drogue réalisé de mars à décembre 2020 et pour lequel 1,6 kg d'héroïne avait été saisi, six autres prévenus ont été condamnés à des peines allant de dix mois avec sursis à cinq ans dont trente mois avec sursis. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.61
légère pluie
le 17/04 à 18h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
90 %