Baselword : les exportations horlogères suisses en baisse

Publié le 22/03/2017 - 14:02
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:36

Les fabricants de montres se retrouvent ce mercredi 22 mars 2017 à Baselworld. L'immense salon horloger se tient chaque année en Suisse, avant d'accueillir le public à partir du jeudi 23 mars jusqu'au 30 mars 2017.

baselword_2017.jpg
© baselword
PUBLICITÉ

Considéré comme incontournable pour les professionnels du luxe, cet événement va se tenir cette année dans un climat incertain, alors que les investisseurs scrutent depuis plusieurs mois les signes de stabilisation, voire de reprise, après deux années difficiles. Pour Thomas Chauvet, analyste chez Citigroup, les chiffres de février marquent en quelque sorte un retour à « la réalité ».

Les statistiques de la Fédération horlogère suisse montrent qu’il n’y a « pas d’amélioration sous-jacente » malgré le ton « optimiste » affiché par les dirigeants des grandes marques horlogères, a-t-il réagi, dans un commentaire boursier. Dans le détail, leur recul sur le mois écoulé s’est chiffré à -12,1% à Hong Kong, le premier marché d’exportation pour l’horlogerie suisse, et à -26,2% aux États-Unis, son deuxième plus gros débouché.

Exportation : +6,7% vers la Chiine, – 17,3% au Japon

Les exportations vers la Chine ont par contre continué de se redresser (+6,7%) mais ont chuté sur tous les grands marchés en Europe à l’exception du Royaume Uni (+1,9). Elles ont également dégringolé de 17,3% au Japon. L’horlogerie suisse avait connu une phase d’expansion spectaculaire, en partie grâce à l’appétit des consommateurs chinois pour les produits de luxe, ce qui avait donné lieu à une véritable course à la production.

Mais la machine s’est enrayée depuis l’introduction fin 2013 de mesures de lutte contre la corruption en Chine interdisant les cadeaux extravagants, puis avec la « Révolution des parapluies » en 2014 à Hong Kong, et les attentats de novembre 2015 à Paris qui ont fait fuir les touristes asiatiques. L’an passé, les exportations de montres suisses se sont contractées de 9,9% après une baisse de 3,3% en 2015 

Vers une « croissance saine »

 Ces derniers mois, plusieurs signes ont cependant laissé envisager une éventuelle stabilisation. Les exportations vers la Chine sont graduellement revenues en terrain positif sur la seconde moitié de 2016, les ventes sur différents marchés se sont redressées durant les fêtes de fin d’année, tandis que les horlogers ont multiplié les mesures pour rationaliser la production.  Le groupe Richemont, propriétaire entre autres des maisons Cartier et des marques horlogères Piaget et IWC, est même allé jusqu’à racheter des stocks auprès des détaillants asiatiques pour retirer des présentoirs les modèles qui peinaient à s’écouler.

La semaine dernière, lors d’une conférence de presse à Bienne, une des principales villes horlogères en Suisse, Nick Hayek, le patron de Swatch Group, a dit désormais miser sur une « croissance saine », notamment grâce à la classe moyenne en Chine, qui semble, selon lui, avoir de nouveau envie de consommer. 

La salon horloger de Bâle, qui se tiendra de 23 au 30 mars, devrait à cet égard servir une fois encore de baromètre pour jauger la marche des affaires. Chaque année, les détaillants du monde entier s’y pressent pour y passer le plus gros de leurs commandes annuelles auprès des quelque 1.500 exposants habituellement présents.

Info +

Baselworld accueille les plus grandes griffes de l’horlogerie et de la joaillerie, telles que Patek Philippe, Rolex ou Chopard, aux côtés d’une foule de petites marques qui proposent des montres pour tous les budgets et tous les goûts. 

Le salon accorde une large place aux marques du groupe Swatch, connu pour ses montres en plastique multicolore mais également propriétaire de grandes références suisses telles que Tissot, Longines ou Omega. Il fait également la part belle aux marque du groupe français LVMH, qui compte notamment Tag Heuer, Hublot ou Zenith.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.03
ciel dégagé
le 25/08 à 3h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1019.34 hPa
Humidité
92 %

Sondage