Beaujolais nouveau : un bon millésime mais une tradition qui se perd

Publié le 17/11/2022 - 16:16
Mis à jour le 17/11/2022 - 18:02

Ça y est il est là ! En ce troisième jeudi du mois de novembre, le Beaujolais nouveau est désormais disponible à la vente. Nous avons voulu savoir quel goût avait ce millésime 2022 et pour cela nous sommes allés demander l’avis des cavistes de la maison Barthod, rue Bersot à Besançon.

D’après Sébastien, caviste, le Beaujolais nouveau de cette année est "toujours fruité, mais un peu plus corsé que d’habitude car l’année 2022 a été une année chaude et très sèche". La sècheresse de cet été aura au moins permis ça, le vin primeur est "gourmand avec un peu plus de matière, c’est un joli millésime". 

On s’est tout de même risqué à la question facile… "Alors est-ce qu’il a le goût de banane cette année ?". Réponse : "Absolument pas ". Ouf. "C’est arrivé une fois, il y a une quinzaine d’années et depuis les gens ont toujours l’impression de retrouver le goût de la banane alors que non, il a surtout des notes de fruits rouges", nous explique le caviste. 

Une mode très éphémère 

Si le goût reste sensiblement le même d’années en années, il y a une chose qui a bien changé selon la maison Barthod, "c’est une tradition qui se perd en France". Si la dégustation le jour-même est toujours au rendez-vous, les ventes ne reflètent pas l’engouement d’il y a quelques années. "Avant, le Beaujolais nouveau c’était pour nous le déclencheur des fêtes de fin d’année. On en vendait jusqu’à Noël. Maintenant, ce n’est plus que sur deux, trois jours voire une semaine, c’est devenu une mode très éphémère". 

Des ventes en baisse

Alors quand on leur demande d’où vient le problème, l’explication semble difficile : "Je ne sais pas. Les médias en parle moins, on a plus entendu parlé d’Halloween que de Beaujolais cette année. Et puis il y a aussi la législation qui est plus compliquée", nous confie Sébastien, "sans parler de la peur du gendarme", ajoute le gérant Franck Barthod. 

En évoquant cela, ce dernier nous montre une photo du magasin des années 70 sur laquelle on aperçoit un grand nombre de personnes célébrer l’arrivée du Beaujolais nouveau. À l’époque, les ventes aussi étaient belles, "il y a encore quelques années on chargeait environ 7/8 palettes de 600 bouteilles. Maintenant on n’est plus qu’à une palette". 

La boutique de la maison Barthod dans les années 70/80, en train de fêter l'arrivée du Beaujolais nouveau. © Elodie R

Un premier aperçu gustatif de la saison

Le Beaujolais nouveau souffre, il est vrai, encore d’une image très négative alors qu’il engendre pourtant chaque année convivialité et festivité. Il faut donc le prendre comme il est. Pour Sébastien, "c’est avant tout un vin sympa que l’on déguste le jour J avec les copains". Pour Franck Barthod il s’agit surtout du vin "qui nous donne un premier aperçu du thème gustatif de la saison." 

Voisine de l’épicerie depuis 35 ans, Michelle, elle aussi a envie de se faire une idée de ce que pourrait valoir le vin cette saison ce jeudi en fin de matinée. Alors comme tous les ans, elle est présente dans la boutique pour venir chercher sa bouteille de Beaujolais nouveau. Sa bouteille, à la main, elle nous confie l’ouvrir très prochainement quand elle recevra du monde car "c’est une tradition qui se perd, mais il faut pourtant continuer de le fêter sinon on ne fêtera bientôt plus rien !" nous lance-t-elle.

Et sinon pas d’inquiétude, "pour moi, je trouve qu’il est toujours meilleur au printemps de l’année d’après", nous confie Sébastien.

Info +

  • Prix : entre 8€ et 11€ chez Barthod
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Stupéfiants et contrebande : les douaniers de Franche-Comté s’arment d’un scanner pour contrôler les poids-lourds

Pendant la semaine du 27 novembre 2023, une opération commune entre les brigades de surveillance de la Direction régionale des douanes de Besançon et la brigade Scanner Mobile a été menée sur les grands axes routiers de Franche-Comté. L’objectif était de lutter contre la criminalité organisée en s’appuyant sur un outil de détection non intrusif : le scanner mobile spécial. Qu’est-ce que c’est ?

Feux de cheminées et intoxications au monoxyde de carbone : prudence !

Le froid s’installe doucement dans le Doubs et les chauffages sont rallumés. Qu’il s’agisse d’une cheminée ou d’une chaudière, un mauvais entretien peut avoir de graves conséquences humaines et matérielles, pourtant évitables, dont les sapeurs-pompiers du Doubs sont régulièrement témoins.

Fêtes de fin d’année : à partir de quand les magasins ouvriront-ils le dimanche à Besançon ?

Afin de faciliter le shopping des fêtes, plusieurs enseignes bisontines ont prévu d’ouvrir leurs portes plusieurs dimanches avant Noël. Si du coté de la galerie commerciale Chateaufarine le coup d’envoi est donné le 3 décembre, la plupart des commerces du centre-ville pourraient patienter encore un peu jusqu’au 10 décembre... On fait le point.

À Besançon, des sportifs s’engagent contre le harcèlement dans les transports…

Délégataire de Grand Besançon Métropole pour l’exploitation des services de mobilités Ginko, Kéolis Besançon Mobilités s’est associé aux clubs de handball de l’ESBF et du GBDH pour co-créer une vidéo de sensibilisation contre le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles dans les transports. 

À Besançon, clap de fin pour le Pixel qui ferme définitivement ses portes

Après cinq années passées à animer les soirées bisontines éclectiques et les apéros d’été sur sa terrasse au bord du Doubs, le Pixel, café-resto culturel de la Cité des Arts, s’apprête à fermer définitivement ses portes. Mais pour les membres de l’association La Furieuse, pas question de partir sans faire de bruit. Un ultime adieu à la clientèle est prévu lors d’une furieuse dernière soirée festive le 1er décembre 2023. On fait le point avec Anne-Lyse Pillot, salarié de l’association et gérante du Pixel sur les raisons de cette fermeture. 

Comment protéger son compteur d’eau en période de gel ?

CONSEILS • Comme à chaque hiver, il est important de rappeler que le froid peut entraîner d’importants dégâts sur les réseaux d’eau potable, ruptures de canalisations ou gel des compteurs. Pour éviter ces désagréments et des frais importants, Grand Besançon Métropole rappelle qu’il est nécessaire de garantir une isolation efficace des appareils, en particulier quand ils sont placés dans des regards extérieurs. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -5.04
nuageux
le 03/12 à 0h00
Vent
1.25 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
98 %