Besançon : après un cas covid-19 avéré, la colère gronde au lycée Victor-Hugo...

Publié le 03/09/2020 - 15:30
Mis à jour le 03/09/2020 - 15:12

Un lanceur d'alerte, qui a souhaité rester anonyme, nous fait part ce mois de septembre 2020 de son inquiétude sur la situation sanitaire au lycée Victor-Hugo à Besançon. Contacté, le rectorat répond...

lycée victor hugo besançon facade
© lyceehugobesancon.org

Comme nous vous l'annoncions ce 2 septembre 2020, un cas de covid-19 a été identifié au lycée Victor-Hugo à Besançon. Après avoir effectué une recherche, un seul cas contact a été relevé.

Le lanceur d'alerte, lui, ne le voit pas de cet oeil :"cet élève a été en contact pendant 24h00 avec toute sa classe". À cela, le Rectorat répond :"toutes les mesures sanitaires qui ont été prises dès la rentrée telles que le port du masque obligatoire, le non-brassage des élèves notamment lors des interclasses, l'utilisation du gel hydroalcoolique, etc. permettent de protéger et de casser les chaînes de transmission". De plus, il précise que la recherche de cas contacts a été effectuée par des professionnels (infirmiers et ARS).

D'autres points inquiètent toujours : sens de circulation, non-port du masque sur le parvis de l'établissement, internat, cantine scolaire...

Le lanceur d'alerte va plus loin dans la description de la situation du lycée. Voici les points relevés :

  • Sur le port du masque

Lanceur d'alerte : "Les conditions sanitaires sont de pur affichage : certes les élèves sont tenus de porter le masque dans le lycée et le font, mais ils l'enlèvent pour la plupart dès qu'ils sont sur le parvis hors de l'établissement et ne respectent aucun geste barrière contrairement à ce qui peut s'observer autour de Pasteur dans la boucle où le masque est obligatoire dans la rue".

Réponse du Rectorat : "Les gestes barrières et le port du masque sont obligatoires à l'intérieur de l'établissement scolaire. Aux abords, cela ne relève plus de notre autorité. Nous appelons cependant à la responsabilité des élèves. Pour ce qui est du lycée Pasteur, le port du masque à l'extérieur du lycée est réglementé par un arrêté pris conjointement avec le Préfet et la Maire de Besançon".

  • Sur la signalisation dans le lycée

Lanceur d'alerte : "Les élèves sont tous mélangés et circulent dans le lycée sans respecter les signalisations"

Réponse du Rectorat : "Les chefs d'établissements ont fait le nécessaire pour organiser leurs lycées afin de répondre au protocole sanitaire. C'est une évidence."

  • Sur l'internat

Lanceur d'alerte :"Les élèves internes sont maintenus à deux minimum par chambre alors que nombre d'internats en France ont limité la présence à un seul élève, et les élèves internes doivent donc porter le masque, je cite l'administration "du lever au coucher".

Réponse du Rectorat : "C'est totalement faux . Dans le protocole des réglementations, il n'est nullement demandé une individualisation des chambres. Elles sont aménagées pour respecter la distanciation. Les lits superposés sont d'ailleurs autorisés si les élèves dorment tête-bêche. Sur le port du masque, le principe reste le même. Il est obligatoire sauf dans des cas précis comme lors du lavage des dents, la douche... Lorsque les élèves vont se coucher, il peut être enlevé pour dormir".

  • Sur la cantine

Lanceur d'alerte : "A la cantine, les bacs à couverts sont toujours là, les élèves puisent dedans et dans ceux de pain à mains nues. Ils sont jusqu'à huit par table et sans quinconce. Là encore, des préconisations de préparation avaient été faites pour préparer les plateaux à l'avance. Rien n'a été fait".

Réponse du Rectorat : "La règle est la même partout. Il faut respecter au maximum la distanciation, éviter le brassage des élèves donc il convient manger en "groupe classe". Le nombre de services a été augmenté. L'organisation de chaque établissement dépend du nombre d'agents disponibles. Ces recommandations sont donc applicables en fonction des moyens humains."

  • Sur les moyens sanitaires dans le lycée

Lanceur d'alerte : "Rien n'a été donné aux établissements pour préparer la rentrée dans de bonnes conditions; le lycée a ainsi dû puiser dans les crédits de chimie pour acheter les rares flacons de gel hydroalcoolique que l'on croise ici et là. (...) À l'heure actuelle les 4 à 6% de décrocheurs dont beaucoup l'ont été faute de matériel (ordinateur, fibre, réseau), tous parfaitement identifiés, n'ont en rien été contactés ou équipés quand le besoin était manifeste. Si les enfants ne peuvent plus aller à l'école, les entreprises en pâtiront aussi, ce que notre Ministre semble avoir oublié".

Réponse du Rectorat : "Des fiches-conseils ont été diffusées par le ministère pour aider les chefs d'établissements. (voir ici). Concernant les règles sanitaires, les établissements ont été dotés en gel et en masques. Sur les décrochages, un volume d'heures supplémentaires a été dégagé pour remettre à niveau les élèves (voir le plan de continuité pédagogique)."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Confinement et rentrée scolaire : « Nous sommes dans le flou total »

Dans un communiqué de ce jeudi 29 octobre, le syndicat Snuipp-FSU du Doubs réagit suite à l'annonce d'un nouveau confinement à partir de ce soir minuit tout en gardant les établissements scolaires ouverts. Même s'il est nécessaire que les élèves se rendent en classe, le syndicat demande à ce que "le maintien de l’ouverture des écoles soit accompagné d’un protocole réellement adapté à la situation sanitaire actuelle et des moyens nécessaires à sa mise en oeuvre".

La Présidente de Région « pour » l’ouverture des écoles mais inquiète pour l’avenir des entreprises…

Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté a souhaité réagir  face aux mesures prises par le gouvernement ce mercredi 29 octobre 2020. Si elle salue la décision de maintenir ouvertes les écoles, elle s'inquiète toutefois de l'avenir des TPE...

Prévention des violences et sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires : appel à projets

Dans le cadre du plan de lutte contre les violences faites aux enfants, lancé en novembre 2019 par Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, les ministères des Solidarités et de la Santé et de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports lancent un appel à projet portant sur la prévention des violences et la sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires. La date limite d’envoi des projets est fixée au 15 janvier 2021.

Hommage à Samuel Paty au lycée Pergaud de Besancon : « Assassiner un professeur touche le coeur même de notre république, notre démocratie, notre laïcité… »

Enseignants, personnels, élèves, parents. Plus de 250 personnes de l'ensemble de la communauté éducative se sont réunies ce mercredi 21 octobre 2020 dans la cour du lycée Pergaud à Besançon pour rendre hommage au professeur d'histoire-géographie tué vendredi dernier près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine.

Enseignant décapité à Conflans : « Nous avons décidé qu’il fallait faire système autour de l’école » (A. Vignot)

Anne Vignot, la maire de Besançon, accompagné de Abdel Ghezali, 1er adjoint, ont souhaité faire part de leur tristesse ce 19 octobre 2020 suite à l'assassinat de Samuel Paty, enseignant à Conflans. Ils ont notamment évoqué plusieurs dispositifs sur lesquels ils travaillent comme des "assises de l'histoire des religions"...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.2
couvert
le 30/10 à 3h00
Vent
3.02 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
95 %

Sondage