Besançon : Christine Bouquin réagit à l'interpellation de l'ex-directeur de l'Adat

Publié le 19/10/2022 - 18:40
Mis à jour le 19/10/2022 - 18:37

Lundi 17 octobre, Daniel Benazeraf, ancien directeur de l'Agence départementale d’appui aux territoires (Adat), son ex-épouse et la secrétaire comptable de l’agence ont été interpellés après dix mois d’enquête par la police judiciaire de Besançon. 127.000 € de fonds publics ont été détournés. Deux jours après, ce mercredi, la présidente de l’Adat et du Département du Doubs Christine Bouquin a tenu a réagir par voie de communiqué de presse.

Christine Bouquin © Alexane Alfaro
Christine Bouquin © Alexane Alfaro

"Suite aux nombreux écrits concernant l’Adat, je souhaite vous apporter des éléments qui me semblent essentiels : pour mémoire, dès l’alerte en octobre 2021 sur les suspicions de malversations financières à l’encontre de Daniel Benazeraf, alors directeur de l’Adat, j’ai effectué un signalement au procureur de la République en date du 29 novembre. J’ai suspendu immédiatement à titre conservatoire l’intéressé au 1er  décembre, j’ai déposé une plainte le 1er février 2022 et j’ai révoqué Daniel Benazeraf à compter du 1er avril 2022 suite au conseil de discipline.

La justice a dès lors pu faire son travail et mener toutes les investigations nécessaires.

Christine Bouquin se constituera partie civile

Pour rappel, comme tout établissement public administratif, les décisions de l’Adat sont régies par son conseil d’administration et sont soumises au contrôle de légalité et au payeur départemental pour les questions financières. Je tiens à préciser qu’à aucun moment, il n’y a eu d’alerte sur un quelconque dysfonctionnement. Il n’y a jamais eu la moindre observation.

Par ailleurs, le fonctionnement de la structure a été assuré par la nomination d’une directrice par intérim et par la mobilisation de l’équipe afin d’assurer le service aux 712 communes, intercommunalités et autres structures.

Afin d’aller jusqu’au bout de la démarche et dans le respect des procédures, je me constituerai partie civile pour le double préjudice financier et d’image qu’elle subit et j’en rendrai compte au conseil d’administration."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Après Camaïeu, les magasins Go Sport dans le viseur de la justice

Le parquet de Grenoble a convoqué la direction de Go Sport le 19 décembre pour en savoir plus sur la situation financière du distributeur spécialisé dans le sport, propriété du même actionnaire que Camaïeu, Hermione People and Brands (HPB), alors que les représentants de salariés s'inquiètent, a appris l'AFP lundi 5 décembre 2022. Trois magasins Go Sport sont installés en Franche-Comté dont un à Besançon, et deux en Bourgogne.

Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d’Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.08
peu nuageux
le 08/12 à 9h00
Vent
0.86 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
72 %