Besançon : le procès d'un magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels renvoyé

Publié le 12/01/2022 - 16:11
Mis à jour le 12/01/2022 - 16:11

Le procès d’un magistrat dijonnais, poursuivi pour avoir proposé sa fille de 12 ans sur internet pour des relations sexuelles, a été renvoyé mercredi au 18 février prochain par le tribunal correctionnel de Besançon.

Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro
Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro

Olivier B., 56 ans, n'était pas présent mercredi à l'ouverture de son procès pour "provocation non suivie d'effets" à la commission de faits de "corruption de mineur", de "viol" et d'"agression sexuelle" sur mineure.

Son avocate, Me Pauline Neveu, a demandé le renvoi de l'audience, produisant un certificat médical attestant d'un "état de santé très précaire sur le plan psychologique, (...) incompatible avec une comparution". "Je suis vraiment scandalisé que cet homme qui a été plus de 20 ans magistrat fasse ce pied de nez à la justice", a fustigé le procureur Etienne Manteaux, soulignant comme les parties civiles "l'importance que les choses soient dites en sa présence".

Il avait proposé sa fille de 12 ans sur un site de rencontres libertin

L'affaire avait démarré en octobre 2019 lorsque l'utilisateur d'un site de rencontres libertin avait signalé qu'un homme proposait que sa fille de 12 ans soit associée à des ébats sexuels.

L'enquête, menée à l'aide de cyberinfiltrations, a conduit à la mise en cause de ce magistrat aux évaluations élogieuses, exerçant comme vice-président du tribunal judiciaire de Dijon où il coordonnait le pôle des affaires familiales. Celui-ci a reconnu les faits, objectant qu'il s'agissait de "fantasmes qu'il n'aurait jamais concrétisés".

Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en juin 2020, il était retourné vivre avec sa femme et sa fille, a indiqué M. Manteaux, pour lequel "il y avait un risque objectif de passage à l'acte". Un "administrateur ad hoc" a été désigné pour représenter la fille du magistrat et quatre associations de protection des droits de l'enfance se sont portées parties civiles.

Olivier B. a été révoqué en juillet dernier par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Sa défense avait évoqué à l'audience devant le Conseil supérieur de la magistrature un "traumatisme" lié à l'affaire Pierre Bodein, du nom du multirécidiviste surnommé "Pierrot le fou", condamné définitivement à la perpétuité incompressible pour trois meurtres sauvages et deux viols commis en 2004. Il était avocat général lors du procès en première instance.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.88
légères chutes de neige
le 18/04 à 6h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %