Besançon : le procès d'un magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels renvoyé

Publié le 12/01/2022 - 16:11
Mis à jour le 12/01/2022 - 16:11

Le procès d’un magistrat dijonnais, poursuivi pour avoir proposé sa fille de 12 ans sur internet pour des relations sexuelles, a été renvoyé mercredi au 18 février prochain par le tribunal correctionnel de Besançon.

Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro
Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro

Olivier B., 56 ans, n'était pas présent mercredi à l'ouverture de son procès pour "provocation non suivie d'effets" à la commission de faits de "corruption de mineur", de "viol" et d'"agression sexuelle" sur mineure.

Son avocate, Me Pauline Neveu, a demandé le renvoi de l'audience, produisant un certificat médical attestant d'un "état de santé très précaire sur le plan psychologique, (...) incompatible avec une comparution". "Je suis vraiment scandalisé que cet homme qui a été plus de 20 ans magistrat fasse ce pied de nez à la justice", a fustigé le procureur Etienne Manteaux, soulignant comme les parties civiles "l'importance que les choses soient dites en sa présence".

Il avait proposé sa fille de 12 ans sur un site de rencontres libertin

L'affaire avait démarré en octobre 2019 lorsque l'utilisateur d'un site de rencontres libertin avait signalé qu'un homme proposait que sa fille de 12 ans soit associée à des ébats sexuels.

L'enquête, menée à l'aide de cyberinfiltrations, a conduit à la mise en cause de ce magistrat aux évaluations élogieuses, exerçant comme vice-président du tribunal judiciaire de Dijon où il coordonnait le pôle des affaires familiales. Celui-ci a reconnu les faits, objectant qu'il s'agissait de "fantasmes qu'il n'aurait jamais concrétisés".

Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en juin 2020, il était retourné vivre avec sa femme et sa fille, a indiqué M. Manteaux, pour lequel "il y avait un risque objectif de passage à l'acte". Un "administrateur ad hoc" a été désigné pour représenter la fille du magistrat et quatre associations de protection des droits de l'enfance se sont portées parties civiles.

Olivier B. a été révoqué en juillet dernier par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Sa défense avait évoqué à l'audience devant le Conseil supérieur de la magistrature un "traumatisme" lié à l'affaire Pierre Bodein, du nom du multirécidiviste surnommé "Pierrot le fou", condamné définitivement à la perpétuité incompressible pour trois meurtres sauvages et deux viols commis en 2004. Il était avocat général lors du procès en première instance.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.22
légère pluie
le 02/10 à 0h00
Vent
4.63 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
96 %

Sondage