Besançon : un couple en grève de la faim pour que l'époux reste en France

Publié le 29/09/2021 - 12:00
Mis à jour le 29/09/2021 - 10:17

Depuis le 20 septembre 2021, Florence et Ahmed, un couple marié à Besançon, sont en grève de la faim pour demander la régularisation de la situation d’Ahmed, de nationalité marocaine, faisant actuellement l’objet d’une obligation de quitter le territoire. Une pétition en ligne a également été publiée.

Florence et Ahmed © Selfie
Florence et Ahmed © Selfie

Ils sont ensemble depuis 5 ans et mariés en France depuis 2 ans. Depuis 9 mois, la situation de Ahmed est irrégulière, il doit quitter le territoire français. Malgré de nombreux recours pour demander la régularisation de sa situation, Ahmed est toujours menacé d'expulsion. Avec son épouse, ils ont décidé d'arrêter de se nourrir depuis le 20 septembre pour entamer une grève de la faim… leur dernier recours.

Dans une vidéo de Brut., le couple souhaite un rendez-vous avec le préfet du Doubs pour lui exposer la situation dans le but qu'Ahmed reçoive un titre de séjour pour pouvoir travailler. D'ailleurs, il dispose d'une promesse d'embauche dans une entreprise du BTP à Besançon.

"Nous n'arrivons pas à envisager une telle séparation"

Ahmed est arrivé en France de manière irrégulière il y a une vingtaine d'années après avoir perdu son emploi au Maroc. Il avait rejoint sa sœur à Besançon. Il y a 5 ans, il rencontre Florence. Malgré tout, Ahmed doit prouver à l'État une "attache familiale profonde".

L'époux a la possibilité de se rendre au Maroc pour un visa, mais c'est un gros risque à prendre : "Nous l'avons envisagé, même entamé les démarches jusqu'à ce que nous apprenions que la délivrance des visas pour conjoint de français est complètement aléatoire, et d'autant plus difficile lorsque l'on a une obligation de quitter le territoire français", explique Florence, "cette demande peut prendre au mieux de 6 mois à plusieurs années. Nous n'arrivons pas à envisager une telle séparation. Comment va-t-il pouvoir vivre au Maroc aussi longtemps sans logement ni travail."

Réaction de la préfecture du Doubs

Contactée par téléphone ce mardi 28 septembre, la préfecture du Doubs nous a indiqué qu'elle examine actuellement le dossier, mais ne souhaite pas s'exprimer "pour l'instant".

Que dit la loi ?

Si une personne étrangère non européenne et mariée avec un(e) Français(e), elle peut obtenir un titre de séjour, sous certaines conditions, pour vivre avec son époux(se) en France.

La personne étrangère doit entrer en France avec un visa de long séjour valant titre de séjour (VLS-TS). Ce visa est un préalable obligatoire. Il permet de séjourner légalement en France pendant sa durée, en général inférieure ou égale à 1 an.

Après 1 an de séjour, la personne peut demander, en tant qu'époux(se) de Français(e), une carte de séjour pluriannuelle vie privée et familiale. Elle est valable 2 ans.

Après 3 ans de séjour, la personne a la possibilité de demander une carte de résident de 10 ans.

Ces titres de séjour sont délivrés à condition que la communauté de vie (vivre ensemble, matériellement et sentimentalement) n'ait pas cessé.

Dans le cas où la personne étrangère est entrée sans visa de long séjour, elle bénéficier d'une admission exceptionnelle au séjour en France pendant la 1re année de son séjour.

Elle peut demander une carte vie privée et familiale si les 3 conditions sont remplies :

  • elle est entrée régulièrement en France avec un visa de court séjour (ou d'être d'une nationalité dispensée de visa touristique)
  • elle est marié(e) en France avec un(e) Français(e)
  • elle vit en France depuis plus de 6 mois avec son époux(se)

Après 4 ans de mariage (exceptionnellement 5), la personne étrangère peut ensuite, si elle le désire, déposer une demande de naturalisation française.

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Dernière ligne droite du programme « Plantons des haies ! » en Bourgogne Franche-Comté 

"Plantons des haies !", programme du plan France Relance engagé par l’État, entre dans sa dernière ligne droite cet été 2022. Ce programme du gouvernement soutient financièrement et administrativement les plantations en terres agricoles depuis juillet 2021. Les structures d’appui retenues pour faire partie du programme accompagnent techniquement les bénéficiaires dans la plantation des haies et d’arbres en intraparcellaires.

Bouchons sur l’autoroute des vacances : comment occuper les enfants dans la voiture ?

Bison Futé annoncé un samedi 30 juillet « noir » sur les routes en raison du fameux chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens. Il va falloir s’armer de patience dans les bouchons, ce qui n’est loin d’être facile… surtout quand on a des enfants à l’arrière impatients. Voici quelques conseils pour les occuper.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Besançon : souffrant d’un cancer, un artiste intermittent du spectacle se retrouve dans une faille juridique, sans aucun revenu

Stéphane M., un Bisontin de 47 ans, père de famille, artiste musicien au régime de l’intermittence du spectacle, vit depuis le mois d’avril dernier avec 0€ de revenu. En octobre 2021, les médecins lui diagnostiquent un cancer ce qui l’empêche d’exercer sa profession. Suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, une faille juridique ne lui permet plus de bénéficier d’indemnité. Nous l’avons rencontré dans sa chambre d’hôpital à Besançon mardi 26 juillet.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.33
légère pluie
le 14/08 à 21h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
93 %

Sondage