Braquage en Suisse : de 9 ans à 20 ans de prison requis contre six hommes

Publié le 26/01/2024 - 15:07
Mis à jour le 26/01/2024 - 12:42

De neuf à 20 ans de prison ont été requis jeudi 25 janvier 2024 contre six hommes jugés à Lyon pour le braquage d'un convoi de fonds au butin record, commis en Suisse en 2017.  

 © Photo pexels/Mathias Reding
© Photo pexels/Mathias Reding

L'avocat général de la cour d'assises du Rhône a estimé que les accusés, dont trois en fuite sont jugés en leur absence, avaient commis des faits "dans le haut spectre de la criminalité". Les six hommes, âgés de 39 à 54 ans, sont poursuivis pour "vol en bande organisée avec arme" et "enlèvement et séquestration". Ils avaient tous été arrêtés le 24 mai 2017 dans une villa de Haute-Savoie en possession de billets de banque de différentes devises, de quatre lingots d'or, ainsi que de bijoux et de plusieurs milliers de pierres précieuses, pour une valeur totale évaluée à 40 millions de francs suisses (42,3 millions d'euros au cours actuel).

Quatre heures plus tôt, des hommes se faisant passer pour des policiers, équipés de brassards, avaient attaqué un transport de fonds entre Genève et Lausanne. Sous la menace de fusils d'assaut, les convoyeurs avaient été ligotés, puis emmenés dans les coffres de deux voitures. Contre un trio de Lyonnais, déjà condamnés dans le passé pour des braquages à main armée en France et en Suisse et qui avaient profité de leur remise en liberté sous contrôle judiciaire pour s'enfuir, le ministère public a requis 20 ans de réclusion criminelle.

Contre deux des accusés présents, en situation de récidive légale et au lourd passé judiciaire, l'un pour des affaires liées au trafic de stupéfiant, l'autre pour des faits de vol et recel de véhicules, 16 ans et 12 ans de réclusion criminelle ont été requis.

Concernant le dernier homme présent à l'audience, accusé au maigre casier judiciaire en comparaison de ses complices suspectés, l'avocat général a requis neuf ans d'emprisonnement avec mandat de dépôt.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.67
pluie modérée
le 18/05 à 18h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
68 %